Librairie

Le Neuvième Pays, nouvelle librairie allemande à Paris

EC

Le Neuvième Pays, nouvelle librairie allemande à Paris

Après la fermeture de plusieurs librairies allemandes ces dernières années à Paris, Le Neuvième pays, qui a ouvert début novembre dans le 6e arrondissement, entend faire valoir la littérature germanophone, devenant ainsi la seule librairie du genre dans la capitale.

Par Elodie Carreira,
Créé le 01.12.2023 à 11h00 ,
Mis à jour le 22.12.2023 à 11h56

Ici, deux escabeaux traînent contre une rangée de livres. Là, c’est un mur entier de l’arrière-boutique qui n’a pas encore été enduit de peinture. Et pour cause, la nouvelle librairie franco-allemande Le Neuvième Pays n’a ouvert que début novembre, rue Bonaparte, dans le 6ᵉ arrondissement de Paris, à la place d’une librairie de livres anciens dont elle conserve le charme d’antan. Il faut dire que depuis la disparition de la librairie Allemande (Deutsche Buchhandlung), ou encore de la librairie Buchladen il y a quatre ans, ces lieux de promotion de la littérature germanophone avaient totalement déserté les rues de la capitale. Avec ses 69 m2 de surface et près d’un tiers de son catalogue dédié aux ouvrages en langue allemande, Le Neuvième Pays s’impose donc, à ce jour, comme la seule librairie parisienne dédiée à la langue de Goethe.

Un catalogue pour tous les goûts

« C’est justement parce qu’il n’y a plus de libraires germanophones que nous avons ouvert la nôtre », argue Sophie Semin, nouvelle propriétaire des lieux. « On dénombre pourtant près de 60 000 allemands en Île-de-France. De la demande, il y en a », ajoute-t-elle. Des affirmations corroborées par son collègue-libraire, Pierre Stapf, également employé à L’Écume des pages durant les fins de semaine. Le jeune homme raconte avoir été régulièrement interrogé par la clientèle sur les lieux d’approvisionnement en ouvrages de langue allemande.

Le Neuvième Pays
" On n'a pas voulu resserrer l'étau mais proposer ce que l'on aime" - Pierre Stapf, librairie au Neuvième Pays.- Photo EC

Alors avec ses 6 000 références, dont 30 % de livres en allemand, Le Neuvième Pays entend satisfaire les besoins d’un lectorat de niche, sans pour autant exclure la littérature généraliste, romans classiques et contemporains compris. « Contrairement aux autres librairies qui ont depuis fermé, nous ne faisons pas que de l’allemand. Nous voulions que le lectorat allemand ne s’arrête pas qu’aux titres écrits par des auteurs germaniques, qu’il puisse découvrir les classiques français et que ceux qui ont déjà étudié l’allemand puissent s’offrir des titres bilingues », raconte Sophie Semin, dont les origines autrichiennes ont en partie motivé l’acquisition de l’établissement. 

Décrite par ses responsables comme une « librairie de littérature mondiale en français et en allemand », la boutique réunit ainsi sur ses étagères Tolstoï et Louise Erdrich, Junichiro Tanizaki et Daniel Kehlmann, sans oublier les lauréats des grands prix littéraires de la rentrée française. Une diversité qui, d’après les deux libraires, correspond moins à une stratégie économique qu’à un véritable désir de « proposer quelque chose d’unique », avec des titres quasiment introuvables ailleurs, à l’instar de l'œuvre Le cinéma dans la grange d’Henri Thomas ou Les instruments humains de l’Italien Vittorio Sereni. Un petit angle de la librairie abrite aussi quelques titres pour la jeunesse, tandis qu’un rayon dispose de beaux livres sur la mode et les talents artistiques allemands, en peinture et en musique. Des rendez-vous lecture sont déjà programmés et devraient s’ouvrir avec l’écrivain suisse de langue allemande, Paul Nizon.

Le Neuvième Pays
Romans classiques et contemporains, beaux livres, poésie, et ouvrages jeunesse trônent sur les étagères de la nouvelle librairie franco-allemande.- Photo EC

La librairie allemande en voie de disparition

Pour rendre possible cette aventure, la librairie Le Neuvième Pays a pu bénéficier d’une aide financière du Centre national du livre (CNL). Mais ce coup de pouce ne suffit pas à faire oublier à la nouvelle propriétaire la disparition de toutes les autres librairies allemandes de la capitale. En 2015, les librairies Marissal Bücher et L’Alinéa ont tour à tour déposé le bilan. Deux ans plus tard, la Librairie allemande (Deutsche Buchandlung) - auparavant située dans le quartier latin avant de ressusciter sur les quais des bouquinistes l’été dernier -, baissait, elle aussi, le rideau. Ne restait alors plus que la librairie Buchladen, tenue par Gisela Kaufmann qui, au moment de sa retraite, fut contrainte de fermer boutique en juillet 2018, faute de repreneurs.

Tenue en partie pour responsable, la concurrence des sites de ventes en ligne n’a pourtant pas suffi à expliquer cette succession de fermetures, aussi due au manque de soutien financier des instituts culturels, d’après les premiers concernés. Autant de problématiques qui ne peuvent que rester à l’esprit des nouveaux détenteurs du Neuvième Pays.

Les dernières
actualités