Le phénomène de la semaine

« Les mots vides de sens, qui nous plaisent sans rien nous dire, ont essaimé dans la langue politique. Nous en sommes donc réduits à voter en fonction de discours qui n'ont plus de fond ! » Avec cette critique, Clément Viktorovitch tenait l'idée de son premier livre, Le pouvoir rhétorique : l'art de convaincre (Seuil) , entré à la 12e place du top 50 non-fiction. Alors que les débats politiques et sociétaux se résument à une guerre des mots, qui ne pansent pas les maux, le livre se présente comme un guide pour apprendre à produire et décrypter les discours, mener les débats et les discussions, ou encore déjouer les manipulations.

Le politologue et professeur à Sciences Po en a fait l'expérience empirique sur les plateaux de Cnews, comme chroniqueur sur Canal +, et depuis cette rentrée sur Franceinfo, avec « Entre les lignes ». Cette notoriété médiatique a aidé la sortie du livre, en plus d'un passage remarqué à « Quotidien » (TMC). En décrivant ses techniques, outils et stratagèmes, la rhétorique « toutepuissante et insignifiante, dangereuse et poussiéreuse » a fini par faire consensus selon l'auteur.

« L'art de présenter notre pensée de la manière la plus pertinente possible, afin d'en faciliter l'acceptation par nos auditeurs et nos interlocuteurs » est partout. Car, selon lui, « La rhétorique, c'est tout simplement l'art de convaincre. »

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités