Le prix Jan Michalski 2020 dévoile sa première sélection | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, le 11.05.2020 à 16h53 (mis à jour le 11.05.2020 à 17h18) Prix littéraire

Le prix Jan Michalski 2020 dévoile sa première sélection

Catherine Meurisse - Photo GEORGES SEGUIN/CC.

Le jury du prix a annoncé lundi 11 mai sa première sélection, composée de 16 titres.

Le prix Jan Michalski, qui récompense chaque année depuis 2010 une œuvre de la littérature mondiale, a annoncé lundi 11 mai sa première liste de 16 titres.

La sélection :
  • Les sables de l'empereur, de Mia Couto, traduit du portugais par Elisabeth Monteiro Rodrigues (Metailié)
  • Croire aux fauves, de Nastassja Martin (Verticales)
  • La légèreté, de Catherine Meurisse (Dargaud)
  • Les enfants du 209, rue Saint Maur Paris Xème, de Ruth Zylberman (Le Seuil)
  • An einem klaren, eiskalten Januarmorgen au Beginn des 21. Jahrhunderts, de Roland Schimmelpfennig (Fischer Verlag)
  • Arv og miljø, de Vigdis Hjorth (Cappelen Damm)
  • Oreo, de Fran Ross (10/18), traduit de l'anglais par Severine Weiss (Post-éditions)
  • L'ordre étrange des choses: la vie, les sentiments et la fabrique de la culture, d'Antonio Damasio, traduit de l'anglais par Jean-Clément Nau (Odile Jacob)
  • Kochankowie Justicii, de Jurij Andruchowycz (Warstwy)
  • Cieśniny, de Wojciech Nowicki (Wydawnictwo)
  • Briser en nous la mer gelée, d'Erik Orsenna (Gallimard)
  • Vies conjugales, de Bernard Quiriny (Rivages)
  • Le jour d'avant, de Sorj Chalandon, Grasset 
  • Retour à Lemberg, de Philippe Sands, traduit de l'anglais par Astrid Von Busekist (Albin Michel) 
  • Le sympathisant, de Viet Thanh Nguyen, traduit par Clément Baude (Belfond)
  • La limite de l'oubli, de Sergueï Lebedev, traduit par Luba Jurgenson (Verdier).
Présidé par l'éditrice Vera Michalski-Hoffmann, le jury est composé de Benoît Duteurtre, Alicia Giménez Bartlett, Siri Hustvedt, Carsten Jensen, Andreï Kourkov, Tomasz Rózycki et du dessinateur Jul.

Doté d'une somme de 5000 francs suisses (47540 euros), d'un diplôme et d'une œuvre d'art spécialement choisie, le prix est décerné chaque année en novembre. En 2019, il avait été attribué à Zeruya Shalev pour son roman Douleur (Gallimard, 2017).
close

S’abonner à #La Lettre