Polémique

Le Seuil condamne les tweets de Mehdi Meklat

Mehdi Meklat - Photo DR

Le Seuil condamne les tweets de Mehdi Meklat

L’auteur de Burn out et de Minute est accusé d’antisémitisme et de racisme après que des internautes ont découvert, le 16 février, ses tweets haineux publiés sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
Créé le 21.02.2017 à 17h25,
Mis à jour le 21.02.2017 à 18h26

"Ces tweets au contenu raciste, antisémite, sexiste ou homophobe sont absolument condamnables, et notre maison les condamne avec la plus grande fermeté", a réagi le Seuil sur Facebook, le 19 février, après la découverte, trois jours plus tôt, de tweets haineux postés sur Twitter par le journaliste Mehdi Meklat, auteur de Burn out et de Minute, publiés par la filiale de La Martinière.

 
Le 16 février, Mehdi Meklat est de passage dans "La Grande Librairie", l'émission de François Busnel diffusée tous les jeudis sur France 5, pour présenter son dernier livre Minute (Seuil), co-écrit avec Badroudine Saïd Abdallah, lorsque des internautes remontent son fil Twitter et découvrent des dizaines de tweets injurieux envers les juifs, les homosexuels et les femmes, publiés à partir de 2011 sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps.

Depuis, l’ex-journaliste du Bondy Blog et de France Inter a repris son identité réelle sur le réseau social sans pour autant supprimer ses tweets.

Des pensées "hideuses" selon Christiane Taubira 
 
François Busnel a, dès le 19 février, insisté sur le fait qu’il n’aurait pas invité Mehdi Meklat s’il avait eu vent de l’existence de ces messages. Peu à peu, le monde politique et médiatique s’est désolidarisé de Mehdi Meklat, comme en témoignent les réactions du Bondy Blog, de Pierre Siankowski, directeur de la rédaction des Inrocks, qui l'avait interviewé, ou encore de l’ex-garde des Sceaux, Christiane Taubira, qui a rencontré Mehdi Meklat lors d'une interview au début du mois de février et qui dénonce des pensées "hideuses".
 
 
Docteur Meklat et Mister Deschamps
 
Face à cette polémique, celui qui se faisait le porte-parole positif de la banlieue s’est excusé sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, le 18 février, Mehdi Meklat affirme avoir "questionné la notion d’excès et de provocation".
       Il a ensuite souligné sur Facebook que Marcelin Deschamps est "rapidement devenu un personnage de fiction maléfique […] absolument immoral, honteux, misogyne, antisémite, raciste, islamophobe et homophobe, avant d’ajouter que Mehdi n’a pas su contrôler Marcelin, […] ce personnage [qu’il] exècre".

 

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a saisi la justice, le 20 février, "pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire", selon un communiqué.

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
M

Mazon Michel

il y a 3 ans à 10 h 37

Même si le sujet est très sensible de nos jours, c'est un comble que quelqu'un qui fait œuvre de fiction soit accuser d'être le personnage de sa fiction. Je signale que l'acteur de cinéma qui incarne un criminel ou même Hitler n'est pas un criminel ni même Hitler. Triste société où il faut réagir et réfléchir ensuite... n'est ce pas Mme Taubira ? Monsieur François Busnel et tous les autres qui tout mardi 21/02 ont condamné, vite, vite on sait jamais.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités