Edition

Le Seuil lance "Libelle", une "collection de combats et d’idées"

Le Seuil lance "Libelle", une "collection de combats et d’idées"

La violence du capital, la cancel culture ou l’empire de Bolloré sont parmi les thèmes abordés dans cette nouvelle collection, inaugurée le 7 janvier. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
Créé le 22.10.2021 à 16h03,
Mis à jour le 22.10.2021 à 17h00

Le Seuil lance en janvier prochain "Libelle" afin de proposer "des réponses argumentées et rapides aux prises de position trop souvent tranchées", explique la maison dans un communiqué. "Cette collection part du constat que le débat public est aujourd’hui peu propice à la nuance. Je pense que nous pouvons non pas se battre mais débattre", complète auprès de Livres Hebdo Julie Clarini, directrice éditoriale adjointe du département non-fiction. 

Pour son nouveau label "de combats et d’idées", la maison mise sur un prix attractif (4,50 euros), un format 17 x 12,5 cm et une pagination réduite à une cinquantaine de pages. Soit des textes de "50 000 à 60 000 signes pour permettre aux intellectuels de livrer une réflexion assez incisive. Un "Libelle" se glisse dans la poche et peut se lire dans le métro", explique Julie Clarini. 

Cinq titres pour janvier et février 2022

La collection sera inaugurée le 7 janvier par deux premiers titres. Dans L’ensauvagement du capital, l’historienne Ludivine Bantigny fait ressortir la violence du capital et propose un "essai incarné et flamboyant pour une résistance plus radicale à un monde qui nous écrase, de l’extrême-centre à l’extrême-droite", selon la description de l’ouvrage. Avec Qui "annule" quoi ?,  la professeure au département d'études françaises et francophones et directrice du Centre d'études européennes et russes à l’Université de Californie à Los Angeles Laure Murat se concentre sur la cancel culture, cette "autre face de la violence du capitalisme, et des oppressions qu’il met en place".

L’économiste Thomas Piketty signera un texte dans la collection le 14 janvier. Il sera suivi par la spécialiste des médias Julia Cagé. Le 4 février, elle publiera Le contre-Bolloré : pour une télé libre, un "manifeste et un manuel pour une indépendance du quatrième pouvoir : l’information". Elle y dénonce la concentration des médias et notamment l’accélération de la constitution de l’empire de Vincent Bolloré, à l’heure où son groupe Vivendi (Canal+, Europe 1, CNews, Editis) a annoncé sa volonté, le 15 septembre dernier, de lancer une offre publique d’achat (OPA) sur Lagardère (Hachette Livre). 

La spécialiste du langage politique Cécile Alduy montrera, quant à elle, "comment les mots de la gauche ont été pervertis", explique Julie Clarini, dans un texte à paraître le 11 février. Au total, Le Seuil prévoit un rythme de publication d’une douzaine de titres par an.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités