Les 4 "hot books" de la foire de Francfort 2019 | Livres Hebdo

Par Claude Combet, à Francfort, le 18.10.2019 à 15h34 (mis à jour le 18.10.2019 à 18h12) Francfort 2019

Les 4 "hot books" de la foire de Francfort 2019

Christopher Wylie

Une trilogie indienne, le scandale de Cambridge Analytica, un premier roman sur des gardiens de phare disparus et l’injonction hollandaise à ne rien faire ont alimenté les conversations dans les allées de la foire

Alors que la 71e Foire du livre de Francfort s’apprête à fermer ses portes le 18 octobre, les éditeurs, qui prétendent toujours « qu’il n’y a pas de hot books cette année », se sont enflammés pour certains titres, participant à l’occasion aux enchères. Voici les quatre titres dont ils ont parlé dans les allées de la foire.

The âge of vice, de l’indienne Deephi Kapoor, présenté comme l’équivalent d’un Parrain à la sauce tandoori, raconte l’histoire d’un fils de mafieux responsable d’un accident de voiture qui fait plusieurs victimes et qui en assume la responsabilité. « A moitié roman noir, à moitié saga familiale, il mêle argent et crime, sentiments et déchéance sociale, avec une touche d’exotisme ». L’auteure a prévu trois volumes de 600 pages. Il a été acheté par l’éditeur britannique Fleet et le Néerlandais Promotheus. Trois éditeurs français sont sur le coup et neuf éditeurs italiens se le disputent. 

Mind fuck, de Christopher Wylie est le « hot » book en non-fiction de la foire : le lanceur d’alerte canadien, recruté pour créer de nouveaux outils afin d'identifier et combattre les extrêmistes sur la toile par Cambridge Analytica, révèle comment l’entreprise a piraté les données personnelles de 50 millions d’utilisateurs de Facebook et contribué à faire élire Trump et à faire voter en faveur du Brexit. Déjà paru aux Etats-Unis (Random House) et au Royaume-Uni (Profile), il a été préempté par 5 éditeurs dès le premier jour : Grasset pour la France, Atlas Contact aux Pays-Bas, Insignis en Pologne, Roca Éditorial en Espagne et est aux enchères en Allemagne. 

The Lamplighters, premier roman de la Britannique Emma Stonex, qui a été éditrice et auteure de romans grand public sous pseudonyme, est basé sur une histoire vraie: la disparition de trois gardiens de phare sur la côte de Cornouailles en 1972, sur laquelle enquêtent des journalistes 20 ans plus tard. Le deal à six chiffres a été remporté pour deux romans par l’éditeur britannique Picador. Six éditeurs français étaient sur le coup et Stock l’a remporté. Les droits ont aussi été vendus à l’Américain Viking (Penguin Randon House), au Canadien HarperCollins, à l’Allemand Fischer, à l’Italien Mondadori, au Néerlandais Nieuw Amsterdam, en Lituanie, au Brésil et à un éditeur de langue arabe. 

Enfin, ça bouge du côté du développement personnel. Après les bains de forêt japonais, le hygge danois, bienvenue au niksen hollandais. Niksen. Embracing the Dutch art of doing nothing, de la journaliste Olga Mecking c'est l’art de vivre - et de ne rien faire - à la hollandaise. L'ouvrage a été publié par Kosmos, et dévoile les « bénéfices de ces doux moments où on laisse vagabonder ses pensées » commente Publishers weekly. Le livre a été préempté par l’Américain Houston Mifflin Harcourt pour un montant à six chiffres, et sortira début 2020.

close

S’abonner à #La Lettre