Bande dessinée

Les 5 finalistes du Grand prix de la critique ACBD 2021

Extrait de "Longue vie"​, de Stanislas Moussé - Photo LE TRIPODE

Les 5 finalistes du Grand prix de la critique ACBD 2021

Le lauréat du prix de l'Association des critiques de bande dessinée sera dévoilé le 5 décembre.

Par Vincy Thomas,
Créé le 23.11.2020 à 08h33,
Mis à jour le 23.11.2020 à 16h38

L’Association des journalistes et Critiques de Bande Dessinée (ACBD) a dévoilé samedi 21 novembre les cinq finalistes pour le Grand Prix de la critique ACBD 2021.

Le lauréat, choisi par un vote final, sera dévoilé le 5 décembre.

Les cinq albums sélectionnés : 
 
  • Anaïs Nin : sur la mer des mensonges, de Léonie Bischoff, éditions Casterman. Biographie romancée de l'écrivaine et diariste de langue française Anaïs Nin. Ayant passé son enfance entre les Etats-Unis et la France, elle cherche une place dans la société patriarcale. Son journal, qu'elle tient depuis ses jeunes années, est son échappatoire. Elle y explore la complexité des sentiments. Dans les années 1930, mariée à un banquier, elle rencontre à Paris l'écrivain Henry Miller. 12000 exemplaires vendus selon GFK.

  • Carbone et Silicium, de Mathieu Bablet, éditions Ankama. 2046. La population humaine vieillissante a construit des robots pour prendre soin d'elle. Carbone et Silicium sont les prototypes d'une nouvelle génération. Avides de découvrir le monde extérieur, ils s'échappent de l'emprise de leurs créateurs et se retrouvent séparés durant plusieurs siècles ponctués de catastrophes climatiques et de bouleversements dans la société humaine. 33000 exemplaires vendus selon GFK.

  • Longue vie, de Stanislas Moussé, éditions Le Tripode. La quiétude d'un monde pacifique où vivent en harmonie les hommes, les animaux et la nature est bouleversée par l'arrivée d'une horde de monstres qui pillent et massacrent tout sur leur passage. Un berger réclame vengeance et entame un long périple pour l'obtenir, affrontant de nombreux ennemis et péripéties jusqu'à devenir roi. Une histoire sans paroles.

  • Peau d’homme, de Hubert et Zanzim, éditions Glénat. Dans l'Italie de la Renaissance, Bianca, une demoiselle de bonne famille en âge de se marier, est présentée à son futur époux Giovanni, un riche marchand, jeune et plaisant. Alors que les noces approchent, l'attribut secret transmis par les femmes de sa famille depuis des générations, la peau d'un homme à la beauté stupéfiante, qu'elle peut revêtir quand il lui plaît, est révélé et légué à Bianca. 44000 exemplaires vendus selon GFK.

  • Un travail comme un autre, d’Alex W. Inker, éditions Sarbacane. Alabama, années 1920. Roscoe T. Martin, électricien, s'est reconverti malgré lui en fermier. Dans une ultime tentative de sauver l'exploitation, il convainc Wilson, son ouvrier noir, de détourner une ligne électrique de l'Alabama Power. L'escroquerie fonctionne jusqu'au jour où leur branchement sauvage coûte la vie à un employé de la compagnie. 6000 exemplaires vendus selon GFK.



  •  
  •  

Les prix de l’ACBD ont pour ambition de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, des livres de bande dessinée, publiés en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquants par leur puissance, leur originalité, la nouveauté de leur propos ou des moyens que les auteurs et autrices y déploient ».

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités