Les choix de nos critiques

Les 5 livres de l'année selon Olivier Mony

Alessandro Piperno - Photo PHILIPPE MATSAS

Les 5 livres de l'année selon Olivier Mony

En cette fin d'année, nous avons demandé à nos critiques de choisir leurs 5 livres préférés, tous genres confondus. Aujourd'hui: Olivier Mony.

Par Olivier Mony,
Créé le 18.12.2017 à 09h00,
Mis à jour le 18.12.2017 à 09h00

- Imagine que je sois parti d’Adam Haslett (Gallimard, 23 février)
Une famille apparemment heureuse, les années 70 et 80, l’ombre noire de la dépression. Au registre de la délicatesse, Haslett est le plus fort. (Avant-critique parue le 27 janvier)

- Innocence d’Eva Ionesco (Grasset, 23 août)
Une mère folle, un père absent et une petite fille en quête de beauté. L’écriture la révélera à elle-même et Eva Ionesco est une romancière.

- Là où l’histoire se termine d’Alessandro Piperno (Liana Levi, 31 août)
Après des années d’absence, Matteo est de retour à Rome. Le désastre sera magnifique et Piperno confirme qu’il est bien un Philip Roth transalpin. (Avant-critique parue le 2 juin)

- Douleur de Zeruya Shalev (Gallimard, 6 février)
Dans Israël en souffrance, une femme retrouve un homme aimé lorsqu’elle était adolescente. Le plus juste et poignant des romans d’amour. (Avant-critique parue le 3 février)

- Souvenirs de la marée basse de Chantal Thomas (Seuil, 17 août)
Souvenirs de la mer et de la mère, le plus beau et le plus doux des livres de Chantal Thomas. (Avant-critique parue le 16 juin)

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités