Les auteurs manifestent à Montreuil | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 27.11.2014 à 16h11 (mis à jour le 27.11.2014 à 17h13) social

Les auteurs manifestent à Montreuil

Photo PHOTO CLAUDE COMBET

Rémunérations en baisse et cotisations retraite en hausse : les auteurs et illustrateurs pour la jeunesse ont arboré tee-shirts et scandé le slogan "Les auteurs bientôt tous à poil" dans les allées du 30e Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, lors de l’inauguration le 26 novembre.

Le 30e Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil a été inauguré mercredi soir 26 novembre au cri de "Les auteurs bientôt tous à poil" (allusion au livre Tous à poil !), poussé par les auteurs et illustrateurs pour la jeunesse qui s’inquiètent à la fois de leur rémunération et de leur future retraite. Près de 200 tee-shirts arborant le fameux slogan ont été vendus sur le stand de la Charte des auteurs et illustrateurs pour la jeunesse, qui a organisé la manifestation avec le soutien de la Société des gens de lettres et celui du Conseil permanent des écrivains.

Les manifestants ont défilé dans les allées et les présidentes, Marie Quentrec (la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse), Valentine Goby (CPE) et Marie Sellier (SGDL) ont entamé une discussion avec Vincent Monadé, président du CNL, lors du cocktail officiel. Parallèlement, les manifestants distribuaient un marque-page détaillant la répartition du prix du livre (6% pour l’auteur), portant le slogan "Si le livre était une pomme, les auteurs gagneraient… les pépins".

"Les auteurs et illustrateurs sont en voie de paupérisation. Il y a un vrai problème de rémunération : pourquoi un livre "gris" pour la jeunesse est-il payé la moitié de ce qu’est payé un livre de littérature générale ? Pourquoi un livre illustré pour la jeunesse est-il payé la moitié de ce qu’est payée une bande dessinée", commente Marie Sellier, présidente de la SGDL, qui ajoute : "Des menaces pèsent aussi sur la retraite. Les cotisations pour les affiliés Agessa, plus la retraite complémentaire, sont trop lourdes pour tous les auteurs, qui ont un très faible revenu. Il faut réfléchir à la retraite globalement et pas uniquement en matière de cotisation. On pourrait imaginer une faible taxation pour les œuvres du domaine public ou pour le livre d’occasion…""On est déjà tous nus, on ne peut plus nous déshabiller", conclut-elle.

Des questions qui seront abordées lors du débat du lundi 1er décembre, journée professionnelle au salon, de 12h à 13h, au pôle Théâtre, pour lequel la Charte appelle à "un grand rassemblement professionnel".  

Hasard du calendrier, le 1er décembre est aussi la date de l’entrée en vigueur du nouveau contrat d’édition, né de la modification du Code de la propriété intellectuelle, suite à l’accord signé en mars 2013 par le SNE et le CPE.  

Sur les mêmes thèmes (1 article)

close

S’abonner à #La Lettre