Edition

Les beaux livres ont été plus gravement pénalisés par la crise sanitaire

Librairie du Centre Pompidou - Photo ©OLIVIER DION

Les beaux livres ont été plus gravement pénalisés par la crise sanitaire

57 % des éditeurs interrogés par le groupe Art & beaux livres du SNE estiment que la fermeture des musées et des lieux d’exposition jusqu’en juin dernier est la principale raison de la baisse de leurs ventes.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
Créé le 30.09.2021 à 11h23,
Mis à jour le 30.09.2021 à 12h00

A l’heure où le marché de l’édition a affiché l'année passée une certaine résilience face au Covid avec un chiffre d’affaires en recul de 2,3%, les éditeurs d’art et de beaux livres accusent une chute de 36% de leur chiffre d’affaires avec "une baisse très marquée au sein du segment des livres de Beaux-Arts (-57,8% - chiffres 2020 du SNE)", note dans un communiqué le groupe Art & beaux livres du Syndicat national de l’édition (SNE). Une étude menée par ce groupe, entre le 21 mai et le 28 juin auprès de 14 maisons membres, souligne que le secteur a été plus longtemps et doublement pénalisé par la crise sanitaire. 

Alors que l’ensemble des librairies ont pu rouvrir leurs portes en novembre 2020, les maisons de beaux livres ont dû patienter plusieurs mois supplémentaires avant de pouvoir profiter de la réouverture des lieux culturels. 57% des éditeurs interrogés estiment que la fermeture des musées et des lieux d’exposition, jusqu’en juin dernier, est donc la principale raison de la baisse de leurs ventes. Surtout dans un contexte où "les vitrines, les tables — suscitées par les "grandes" expositions — et la prescription des libraires contribuent fortement à la valorisation des ouvrages d’art et les beaux-livres", note le communiqué. Et si 70% des éditeurs a constaté un essor de ses ventes en ligne, celles-ci n’ont pas été suffisantes pour compenser les pertes. 

"Nous mettons tous nos espoirs dans la fin d’année"

L’intégralité des éditeurs sondés ont dû décaler au moins une publication sur l’année 2021. En moyenne, ils ont reporté huit titres. Ils sont 36% à avoir décalé entre 10 et 25 livres. 36% des éditeurs ont également indiqué avoir annulé entre une et cinq publications. Et les conséquences de la crise sanitaire se ressentent toujours sur les catalogues : 57% des maisons ont déjà prévu de reporter pour l’année prochaine des titres annoncés en 2021 et 29% ont annulé certains projets de livre pour cette année. 

Plus de la moitié des éditeurs interrogés (57%) affirment que la reprise n’était pas encore amorcée à la fin du premier semestre. "Cette période de latence commence à devenir très longue, trop longue", regrette auprès de Livres Hebdo Pascale Le Thorel, présidente du groupe Art & beaux livres du SNE. "Les chiffres de fréquentation des musées, des fondations d’art contemporain et de tous les lieux accueillant l’art à Paris et en région accusent une baisse entre 30 et 50 % depuis leur réouverture en juin. Cet été compris", souligne-t-elle. 

Pour autant, Pascale Le Thorel se veut rassurante : "Ces chiffres ne signifient pas qu’il existe une désaffection pour l’art et le beau livre. Les Français avaient besoin de sortir après avoir été si longtemps enfermés. A l’approche de l’automne-hiver, il est probable que la fréquentation revienne à un taux normal. Nous mettons tous nos espoirs dans la fin d’année."
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités