Les librairies américaines indépendantes boycottent Amazon | Livres Hebdo

Par Camille Friquet, avec cfr, avec Publishers weekly, le 10.02.2012

Les librairies américaines indépendantes boycottent Amazon

sur le site de l'ABA

L'American Booksellers Association a retiré de son site de vente en ligne tous les livres édités sous contrat d'exclusivité par Amazon.

Mercredi 8 février, les libraires américains indépendants ont annoncé - via l'American Booksellers Association (ABA), association des libraires américains indépendants -, qu'ils ne vendraient plus les livres publiés par Amazon Publishing sur leur site de vente en ligne IndieCommerce.

Après Barnes & Nobles, première chaîne de librairies américaines (705 magasins aux Etats-Unis), Books-A-Million (200 magasins) et Indigo (247 magasins au Canada), c'est donc au tour des librairies étasuniennes de censurer les publications du cybermarchand.

“Même si Amazon cherche à distribuer son catalogue imprimé par des moyens de vente conventionnels, il semble que l'entreprise continue de publier des ebooks en exclusivité, ebooks que d'autres détaillants ne sont pas autorisés à vendre. IndieCommerce estime cette stratégie déloyale,”
explique Matt Supko, directeur du site, dans un mail envoyé lundi 6 février aux librairies affiliées.

Les administrateurs d'IndieCommerce ont donc décidé de ne pas référencer les titres proposés par Amazon, et de lancer une nouvelle politique commerciale stipulant que “seuls les éditeurs des titres qui sont mis à disposition des détaillants dans tous les formats possibles seront inclus dans la base de données d'IndieCommerce”.

Depuis l'automne 2011, le distributeur américain ambitionne en effet de révolutionner le marché de l'édition avec le lancement de ses Amazon Exclusives, publiés sous contrat d'exclusivité avec les auteurs. Ce projet a été largement critiqué par les éditeurs américains, mais aussi par les libraires.

“Notre décision est motivée par le fait qu'ils continuent à fonctionner par exclusivité avec les éditeurs, les agents et les auteurs qu'ils représentent,
expliquait début février le directeur marketing de Barnes & Noble, Jaime Carey. Ce genre d'action mine l'industrie dans son ensemble et empêche des millions de lecteurs d'avoir accès au contenu.”

Face à ces refus successifs, le géant du e-commerce envisagerait d'ouvrir à Seattle, dans les mois à venir, sa propre boutique physique dans laquelle seraient disponibles liseuses, tablettes de la gamme Kindle et livres papier. La rumeur, lancée mardi 7 février par le site GoodeReader.com, n'a cependant pas été confirmée par Jeff Bezos, P-DG d'Amazon.

Thématique

close

S’abonner à #La Lettre