Les quatre raisons du succès des RNL 2019 | Livres Hebdo

Par Clarisse Normand, à Marseille, le 01.07.2019 à 22h09 (mis à jour le 01.07.2019 à 23h00) Rnl 2019

Les quatre raisons du succès des RNL 2019

Photo OLIVIER DION/LH

Les 5es Rencontres nationales de la librairie qui se sont déroulées à Marseille le 30 juin et le 1er juillet ont passé un cran supplémentaire dans la réussite. 

"Il s’est passé quelque chose de fort durant ces deux jours, a observé Xavier Moni, président du Syndicat de la librairie française (SLF) qui a organisé le 30 juin et le 1er juillet à Marseille les cinquièmes Rencontres nationales de la librairie (RNL). On sent que les libraires se prennent de plus en plus en main." Plus globalement, le succès de cette nouvelle édition des RNL se décline en quatre points. 

1. L’affluence

1000 professionnels du livre, dont une belle majorité de libraires, se sont rendus dans la cité phocéenne. A l’exception d’Hachette qui a boycotté l’événement à la suite de parution le 25 juin, sur le site du Monde, d’une tribune signée par Xavier Moni et Maya Flandin — respectivement président et vice-présidente du SLF —, les principaux éditeurs, diffuseurs et distributeurs étaient présents, ainsi que les principaux représentants des pouvoirs publics. Le ministre de la culture, Franck Riester, est aussi venu affirmer, lundi 1er juillet en matinée, son attachement à la librairie et sa volonté de défendre la profession.

2. Un esprit constructif

Alors que les premières rencontres à Lyon et Bordeaux étaient revendicatives, celles-ci se sont voulues très constructives. Le mouvement amorcé en ce sens à La Rochelle s’est révélé encore plus manifeste cette année. Non seulement les libraires se sont montrés prêts à entendre des propos qui auraient fait des vagues il n’y a pas si longtemps, comme la déclaration de Philippe Moati pour qui la vente sur internet est désormais quasiment une cause perdue pour les libraires. Mais surtout, ils ont pris acte de leurs faiblesses et ont montré une vraie volonté de les surmonter.

3. Un cadre sublime et une ambiance festive

Organisées au palais du Pharo, dominant le vieux port, les RNL ont eu lieu dans un cadre magnifique sous le soleil de Marseille et l’on sentait de la part des participants un vrai plaisir à être là où ils étaient. La soirée du dimanche marquée par la remise du Grand prix Livres Hebdo des Librairies ainsi que par le bal organisé à partir de 22 heures avec un orchestre dont la programmation musicale était joyeuse et variée, incitant de nombreux professionnels à guincher ensemble sur la piste de danse, ont donné une tonalité particulièrement festive à l’événement. La proximité des plages et la présence de piscines dans les hôtels ont aussi parfois suscité des envies de baignades et les rencontres en maillots de bain ont contribué à rompre la glace et à rendre beaucoup moins protocolaires les relations.

4. Une programmation riche et variée 

Côté travail, car les rencontres étaient aussi studieuses, les séances pleinières consacrées à la restitution d’études ainsi que les trente ateliers, qui ont abordé des sujets variés de manière concrète, ont permis de balayer largement les différents aspects du metier. Deux études, sur l’économie et sur la clientèle, réalisées une première fois en 2013, ont aidé à mesurer et à objectiver les évolutions et le chemin parcouru... ou non. Pour la première fois trois ateliers organisés autour d’un spécialiste-chercheur d’un secteur éditorial (histoire, philosophie et écologie) ont aussi permis aux libraires de mieux appréhender les évolutions de ces discipline. 
En abordant à la fois des sujets commerciaux, économiques, sociaux et culturels, les RNL 2019 ont offert une programmation diverse et surtout équilibrée sur les différents aspects du métier. 

Satisfait de cette édition, Xavier Moni a annoncé la tenue de sixièmes rencontres en 2021. Reste à trouver un nouveau lieu.

close

S’abonner à #La Lettre