Les revues s’interrogent sur leur diffusion à l’heure du numérique

Les revues s’interrogent sur leur diffusion à l’heure du numérique

Les revues s’interrogent sur leur diffusion à l’heure du numérique

La recherche d’un modèle économique pour la diffusion sur Internet était au cœur d’un colloque organisé jeudi par le SPCS et qui a réuni revues culturelles et scientifiques.

Par Marie Kock,
avec mk Créé le 15.04.2015 à 20h04

Le Syndicat de la presse culturelle et scientifique (SPCS) a réuni jeudi 22 novembre à Paris économistes, éditeurs, directeurs de journaux et de  revues pour un colloque sur les stratégies de diffusion et de commercialisation à l’heure de la révolution numérique.
Faut-il repenser les modèles économiques face au développement d’Internet ? C’est la question à laquelle ont tenté de reprendre les intervenants présents, après un état des lieux peu optimiste pour l’édition de livres ou de revues et la presse traditionnelles : crise de l’offre, fuite dans la surproduction, stagnation du chiffre d’affaires, dépendance accrue à la publicité…
Pour continuer à proposer des contenus exigeants mais coûteux à produire, plusieurs pistes ont été explorées : du totalement payant pour s’assurer un revenu par page élevé via une publicité ultra-ciblée, au totalement gratuit, avec une production propre, pour développer l’audience, en passant, majoritairement, par des systèmes hybrides, mêlant l’accès libre à certaines pages et payant à d’autres, le pay-per-view, l’open access (les chercheurs paient pour que leurs articles soient gratuitement mis en ligne), les abonnements couplés papier-numérique, les systèmes de licence ou encore le tier pricing model (les plus gros consommateurs paient plus que les petits).

15.04 2015

Les dernières
actualités