Les syndicats expriment leur mécontentement sur les salaires dans l'édition

Antoine Gallimard © Olivier Dion

Les syndicats expriment leur mécontentement sur les salaires dans l'édition

Déçus par les propositions du SNE, les représentants des salariés feront circuler une pétition au Salon du livre de Paris.

J’achète l’article 1.50 €

Par Hervé Hugueny,
avec hh,
Créé le 16.03.2011 à 00h00,
Mis à jour le 16.03.2011 à 00h00

Dénonçant “10 ans de régression sociale dans l'édition” dans un communiqué commun publié, mercredi 16 mars, à la veille de l'ouverture du Salon du livre de Paris, cinq syndicats de salariés de la branche expriment leur vive déception à propos des dernières propositions du SNE concernant les salaires de la convention collective.

La CFDT, la CGT, FO, la CFTC et la CFE-CGC distribueront un tract sous forme de quiz et feront circuler une pétition au Salon du livre contre ce projet de relèvement qu'ils contestent dans ses modalités. La suppression du 13e mois et le passage à une grille basée sur une garantie annuelle constituent le principal point de blocage.

Le Syndicat national de l'édition reprend pourtant les hausses importantes évoquées par son président, Antoine Gallimard, au début de l'année, qui “permettrait de faire bénéficier les salariés de la branche d'un relèvement des barèmes de 17 % en moyenne après un an d'ancienneté pour les employés et de 11,5 % en moyenne après un an d'ancienneté, pour les techniciens, agents de maîtrise et cadres”, indique le SNE dans son préambule.

Le plein effet de ce relèvement n'interviendrait toutefois qu'à partir de 2013, dans près de deux ans regrettent d'une part les syndicats. La suppression du 13e mois actuellement intégré dans la grille conventionnelle se traduirait par la perte d'un avantage certain, font-ils remarquer d'autre part.

Les salariés les moins bien payés de l'édition sont au moins assurés aujourd'hui de disposer d'un Smic x 13, soit 17 745 euros par an après la dernière revalorisation de janvier, alors que les cinq premiers échelons de la grille employés atteindraient 17 749 euros au 1er janvier 2013, pour un salaire d'embauche. Comme le Smic aura été relevé d'ici là, cette catégorie de salariés se retrouverait dans une situation moins avantageuse qu'actuellement.

Les règles de seuil d'ancienneté proposées se traduisent également par une dégradation de revenu par rapport à la situation actuelle, selon l'analyse des syndicats. Ceux-ci déplorent aussi le tassement de la grille au détriment des agents de maîtrise et des techniciens, ainsi que des premiers niveaux de cadres, alors que “c'est là que se trouve le coeur de métier, majoritairement féminin. Cela pénaliserait donc les femmes du secteur, alors même que les accords salariaux doivent avoir comme priorité l'égalité professionnelle”.





16.03 2011

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités