Numérique

L'Europe va mettre fin aux formats propriétaires pour les livres numériques

Photo © DR

L'Europe va mettre fin aux formats propriétaires pour les livres numériques

Visant directement Amazon et Apple, la Commission européenne se décide enfin à engager un processus qui devrait rendre les livres numériques lisibles sur tous les types d’appareils.

J’achète l’article 1.50 €

Par Hervé Hugueny,
Créé le 01.04.2014 à 00h05,
Mis à jour le 01.04.2014 à 00h05

Alors que le Parlement européen sera renouvelé en mai prochain, la Commission européenne, qui sera elle aussi entièrement recomposée d’ici la fin de l’année, se lance dans un activisme surprenant : elle s’empare enfin du dossier de l’interopérabilité des livres numériques, avec pour objectif d’obliger les revendeurs utilisant des formats propriétaires à mettre fin à ces systèmes.

Amazon et Apple, les deux leaders du marché, sont directement visés. Actuellement, un livre numérique acheté sur Amazon.fr ne peut être lu que sur le Kindle, la liseuse du cybermarchand, ou sur une de ses applications. Laquelle liseuse n’accepte pas le format ouvert Epub. Il en va de même avec l’iBook Store, la librairie numérique d’Apple, qui n'autorise la lecture que sur les terminaux de la marque à la pomme.

Le projet de réglementation serait porté par la Direction Générale (DG) Marché intérieur, selon une source proche du dossier. L'information a fuité lors de la préparation du Forum de Chaillot, organisé à la fin de la semaine, les 4 et 5 avril, à Paris par le ministère de la Culture français. La DG Marché intérieur voudrait ainsi se faire pardonner auprès des éditeurs pour son initiative de révision de la directive sur la propriété intellectuelle, jugée incompréhensible et inutile.

Intérêts numériques

Editeurs et libraires européens expliquaient depuis longtemps les inconvénients de ces systèmes propriétaires aux membres du cabinet de la DG Marché Intérieur, qui n’y accordaient qu’une attention distraite. Mais l’affaire a pris une réalité concrète à partir d’une circonstance tout à fait fortuite : l’un des membres britanniques de ce cabinet, très grand lecteur sur Kindle, hégémonique au Royaume-Uni, s’est aperçu qu’il ne pouvait partager ses ebooks, notamment l’édition numérique du Petit Prince qu’il affectionne particulièrement, avec une jeune française de la DG Culture, utilisant la liseuse Bookeen. Laquelle collègue ne pouvait pas plus lui transmettre, sur ledit Kindle, ses lectures annotées de DH Lawrence.

Très remonté, il aurait tout d’abord réussi à entraîner le cabinet sur un projet très dur, prévoyant une mise à jour obligatoire des appareils d’Amazon et d’Apple, et de tous les livres numériques qu’ils ont vendus jusqu’à maintenant, dans les trois mois suivant la directive. Ramenée à la raison par les techniciens de la DG Connect, la DG Intérieure s’est résolue à suivre le processus lent mais récemment couronné de succès, qui oblige tous les fabricants de téléphones portables à n’utiliser que des chargeurs sur prise USB. Cette fois, le premier visé était Apple.

Commentaires (6)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
i

iTINERAIRES

il y a 7 ans à 09 h 04

Tous ces gens-là devraient lire des livres au lieu d'essayer d'échanger des fichiers....


G

Géraldine

il y a 7 ans à 09 h 35

Excellent commentaire !


T

Thomas

il y a 7 ans à 12 h 07

Ce n'est pas le contenant qui fait un livre, mais bien le contenu. M'aurait-on menti ?


C

Ceddric

il y a 7 ans à 11 h 17

C'est une bonne nouvelle, même si c'est un peu triste de constater qu'i faut attendre que nos "élites" soient personnellement confrontées à un problème avant de chercher à le résoudre.


D

Damien

il y a 7 ans à 14 h 18

Bon, c'est un gros poisson d'avril, c'est ça ?


h

Hervé

il y a 7 ans à 14 h 41

Ce 1ER AVRIL, l'honorable sujet britannique évoqué dans cet article apporte un démenti formel à tout projet de réglementation concernant les formats propriétaires des livres numériques, assure qu'il n'entretient aucune relation coupable avec une jeune consoeur de la DG Culture, remercie les membres de la DG Connect pour leurs conseils avisés, et rentre rapidement à Londres où sa femme l'attend, pas forcément pour lui parler d'interopérabilité.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités