Diffusion

Livre jeunesse : le coup de pouce d’Auzou pour les libraires

Auzou fait un geste pour les libraires - Photo DR

Livre jeunesse : le coup de pouce d’Auzou pour les libraires

Dans un contexte difficile pour le livre jeunesse, le groupe Auzou met en place via sa structure de diffusion EDI des conditions de réassort plus favorables pour les libraires qui passeront leurs commandes avant le 10 juillet.

Par Charles Knappek ,
Créé le 22.06.2022 à 15h03 ,
Mis à jour le 27.06.2022 à 09h22

Confronté au ralentissement du marché du livre jeunesse depuis le début de l’année, le groupe Auzou, via sa structure de diffusion EDI (pour Éditions et diffusions internationales), a décidé de créer des conditions de réassort plus favorables pour ses clients libraires. L’objectif est notamment d’inciter les points de vente à faire vivre plus longtemps les ouvrages du fonds récent, voire ancien (paru il y a au moins deux ans).

À condition de passer une commande de réassort avant le 10 juillet prochain, les libraires bénéficieront dans le cadre de cette opération de 5 % de surremise sur leur remise initiale et de 60 jours supplémentaires pour le règlement de leurs factures (soit 120 jours, contre 60 en temps normal).

En contrepartie, ils doivent s’engager sur un « minimum de 30 EAN et/ou 50 exemplaires de titres parus avant fin mai », détaille Auzou. La surremise s’ajoute quant à elle aux remises négociées intuitu personnae avec chacun des libraires partenaires. « Alors même que les libraires continuent de prendre de vrais engagements sur la nouveauté, il est vrai que les commandes de réassort sont plutôt à la peine, explique Pierre-Olivier Schneider, directeur commercial chez Auzou. Avec cette opération de soutien à la librairie, qui représente un réel effort sur notre marge, nous voulons assurer une durée de vie plus longue aux titres qui ont déjà une ou deux années d’exploitation. »

Toute la diffusion EDI

Chez Auzou, 50 % du chiffre d’affaires d’une année est en effet réalisé sur les titres parus au cours des douze derniers mois ou l’année précédente, les 50 % restants provenant des ventes du fonds plus ancien. « Tous segments confondus, en tenant compte du poids du chiffre d’affaires, la durée de vie moyenne d’un livre jeunesse est de quatre ans, détaille Ségolène Darde, directrice marketing et communication chez Auzou. Bien sûr, et heureusement, il y a des titres bien plus anciens qui continuent de se vendre très bien. Mais il est vrai que le nombre important de nouveautés sur le marché empêche beaucoup d’ouvrages de s’installer. »

Les conditions proposées par le groupe Auzou valent non seulement pour les livres des éditions Auzou elles-mêmes, mais aussi pour l’ensemble de la production de la quinzaine d’éditeurs diffusés par EDI (L’Élan Vert, les éditions du Ricochet, Sassi Junior…).

Les dernières
actualités