International

L'UIE répond aux éditeurs ukrainiens

L'UIE répond aux éditeurs ukrainiens

José Borghino, secrétaire général de l'Union internationale des éditeurs, répond à la missive du 24 février que lui avait adressée, Oleksander Afonin, président de l'Association ukrainienne des éditeurs et libraires (AUEL). La lettre exhortait l'UIE à condamner la Russie et la communauté internationale à agir.

J’achète l’article 1.5 €

Par Adriano Tiniscopa ,
Créé le 01.03.2022 à 18h17

L’Union internationale des éditeurs (UIE-International Publishers Association) a officiellement rendu sa réponse à la lettre que lui avait adressée jeudi dernier l'Association ukrainienne des éditeurs et libraires (AUEL), aussi membre de l’UIE. Dans sa réponse, José Borghino, secrétaire de l'UIE, se dit profondément attristé par la situation, condamnant « avec la plus grande fermeté l’invasion criminelle de la Russie ». Et de rappeler que « l’UIE avait été créée dans l’intention de soutenir la paix » dont le rôle est immuable après 125 années d’existence.

La présidente de l’UIE, Bodour Al Qasimi, y écrit : « L’UIE est solidaire avec les éditeurs en danger partout dans le monde et, en ce moment surtout, avec notre membre ukrainien, l’Association ukrainienne des éditeurs et des libraires. […] En temps de paix, les livres ont un fort pouvoir unificateur. En temps de conflit, les livres sont encore plus importants pour nourrir l’espoir, favoriser la réconciliation et consolider une paix durable ». Son secrétaire général, José Borghino, laisse planer l'idée d'un retour à la normale et conclut ainsi : « Je me réjouis de passer du temps avec vous tous à Kyev, au Book Arsenal Festival ou pour visiter la maison de Mikhail Bulgakov ».

Le 24 février, le président de l'AUEL écrivait à l'UIE : « Aujourd'hui, à 4 h du matin, le Président de la Fédération russe, violant toutes les lois de l'humanité, de la moralité et de la civilisation, a lancé une guerre contre la paix [...] [Poutine], qui a pris une telle mesure cannibale, devrait recevoir une réponse ferme de la part de tous les peuples, de la communauté internationale, de tous ceux qui comprennent qu'il ne s'agit pas d'une guerre contre l'Ukraine, mais contre les valeurs morales et démocratiques du monde civilisé ». Véritable pamphlet, la missive fournissait notamment une liste à puces de 12 sanctions à mettre en place, soutien militaire, sanctions commerciales, économiques et financières, à l'adresse de la communauté internationale. « Nous demandons aux membres de notre association internationale - des professionnels de l'édition - de trouver des moyens et des outils pour condamner l'agression de la Russie contre l'Ukraine et soutenir le peuple ukrainien dans cette période difficile de lutte contre l'agresseur mondial ». 

 

Les dernières
actualités