Marie NDiaye en lice pour remporter l'Impac de Dublin 2018 | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, le 10.04.2018 à 16h00 (mis à jour le 10.04.2018 à 17h00) Sélection

Marie NDiaye en lice pour remporter l'Impac de Dublin 2018

Marie NDiaye - Photo CATHERINE HÉLIE/GALLIMARD

Avec Ladivine, Marie NDiaye est la seule auteure française à pouvoir espérer remporter l'Impac Dublin Literary Award, le prix le mieux doté du monde.

Le jury de l'Impac Dublin Literary Award, le prix le mieux doté du monde (100000 euros), a dévoilé sa dernière sélection, jeudi 5 avril.
 
Parmi les dix finalistes, la littérature francophone est représentée avec Marie NDiaye et son roman Ladivine, publié chez Gallimard en 2013, puis réédité en gros caractères chez Feryane et en poche chez Folio Gallimard l'année suivante. Son œuvre, qui explore les relations mère fille à travers l'histoire de Ladivine et sa fille Malinka, avait été récompensée par le Grand prix de l'héroïne Madame Figaro l'année de sa sortie. Traduit par Jordan Stump, Ladivine a été publié en avril 2016 au Royaume-Uni chez Knopf.
 
Les 10 titres en lice :
  • Baba Dunja's Last Love d'Alina Bronsky (Allemagne), non traduit en France.
  • The Transmigration of Bodies de Yuri Herrera (Mexique), traduit en France par Laura Alcoba sous le titre La transmigration des corps dans Le royaume, le soleil et la mort : trilogie de la frontière (Gallimard, 2016).
  • The Unseen de Roy Jacobsen (Norvège), traduit en France par Alain Gnaedig sous le titre Les invisibles (Gallimard, 2017). 
  • Human Acts de Han Kang (Corée du Sud), traduit en France par Jeong Eun-Jin et Jacques Batiliot sous le titre Celui qui revient (Le Serpent à plumes, 2016, et réédité chez Points en 2017).
  • The Lesser Bohemians d'Eimear McBride (Irlande), à paraître le 19 avril chez Buchet Chastel, traduit par Laetitia Devaux sous le titre Les saltimbanques ordinaires.
  • Solar Bones de Mike McCormack (Irlande), non traduit en France.
  • Distant Light d'Antonio Moresco (Italie), traduit en France par Laurent Lombard sous le titre La petite lumière (Verdier, 2014).
  • Ladivine de Marie NDiaye (France), publié chez Gallimard en 2013.
  • The Woman Next Door d'Yewande Omotoso (Afrique du Sud), non traduit en France.
  • My Name is Lucy Barton d'Elizabeth Strout (Etats-Unis), traduit en France par Pierre Brévignon sous le titre Je m'appelle Lucy Barton (Fayard, 2017).
Le nom du lauréat sera dévoilé le 13 juin à Dublin. Si l'ouvrage récompensé par l'Impac Dublin Literary Award a été traduit sur le marché anglais, l'auteur et le traducteur se partagent la récompense – recevant respectivement 75 000 euros et 25 000 euros.
 
Depuis 1995, l'Impac Dublin Literary Award récompense chaque année une œuvre de fiction publiée en anglais (en version originale ou traduction). L'année dernière, le prix avait consacré José Eduardo Agualusa pour Théorie générale de l'oubli (Métailié, 2014).
close

S’abonner à #La Lettre