Phénomène: Prison Break à l’orphelinat

Annoncé comme la grosse sortie de l’année du rayon manga (1), The promised neverland tient ses promesses en se plaçant en 13e position du Top 20, après seulement cinq jours de vente. Mis en place le 25 avril à 70 000 exemplaires sur les 100 000 imprimés par Kazé, ce shonen signé par deux novices, Kaiu Shirai et Posuka Demizu, mêle fantastique, horreur et films d’évasion. Trois pensionnaires de l’orphelinat de Grace Field House découvrent que la gentille surveillante surnommée Maman tient en fait un élevage d’enfants destinés à finir dans l’assiette de monstres. Ils vont donc unir leur force et leur intelligence - comme toujours dans le shonen - pour s’évader et sauver leurs camarades.

Se lisant comme un page-turner, ce manga de grande qualité graphique remporte au Japon un succès aussi commercial (chaque tome est tiré à 500 000 exemplaires) que critique puisque les auteurs sont en lice pour le prestigieux prix Osamu Tezuka. La série en est à son 8e volume au Japon et ne devrait pas excéder la vingtaine. En France, les deux suivants paraîtront respectivement les 27 juin et 22 août prochains.

Anne-Laure Walter

(1) Voir LH 1168, du 6.4.2018, p. 26.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités