Bibliothèque

Nouveau pôle culturel de Clermont-Ferrand : “un lieu de collaboration entre la médiathèque et le pôle musical”

Nouveau pôle culturel de Clermont-Ferrand : “un lieu de collaboration entre la médiathèque et le pôle musical”

Nathalie Daguillon, Responsable du bassin de lecture Nord de Clermont Auvergne Métropole, dans la médiathèque Jack-Ralite. - Photo DR

Nouveau pôle culturel de Clermont-Ferrand : “un lieu de collaboration entre la médiathèque et le pôle musical”

La nouvelle médiathèque Jack-Ralite sera inaugurée le 25 juin à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Connectée à un pôle musical indépendant, elle met l’accent sur l’apprentissage de la musique pour les amateurs et les débutants. Trois question à Nathalie Daguillon, sa responsable.

J’achète l’article 1.5 €

Par Fanny Guyomard,
Créé le 15.06.2022 à 11h43

Le 25 juin, Clermont-Ferrand inaugure un nouveau pôle culturel à Croix-de-Neyrat, un quartier prioritaire de la ville. Sa forme ovoïde, qui doit rompre avec l’architecture des grands ensembles, associe sur 1431m2 une médiathèque et un pôle musical avec studios et prêt d’instruments.

Livres Hebdo : Comment travaillez-vous en synergie avec le pôle musique ?

Nathalie Daguillon : Nous avons un accueil et un médiateur communs et partageons le salon-musique. C’est vraiment lui le lieu de collaboration, hybride, où se trouvent nos documents musicaux et un espace de rencontres, pour les concerts notamment. Mais c’est le pôle musical qui gère le prêt d’instruments de musique.

Nous travaillons également ensemble sur la programmation, en mettant par exemple en avant les musiques actuelles de la région, ou les musiques britanniques lors du festival God Save Clermont. La nouvelle médiathèque garde la réputation de l’ancienne, reconnue par les habitants de la métropole comme un fonds de référence musical. Nous nous sommes seulement déplacés de 150 mètres, donc restons tout prêt du centre commercial où elle était implantée, d’une entrée et sortie de la quatre voies, et nous nous sommes rapprochés du collège.

 

Vous vous êtes par ailleurs distingués au concours "Chouettes toilettes" organisé par l’Association des bibliothèques de France… 

Un collègue qui s’occupe du fonds poésie et cherchait à le mettre en valeur, affiche tous les mois dans les toilettes des poèmes grand public. Nous avons aussi lancé une opération de collecte de protections hygiéniques, de préservatifs, de couches, de lingettes et d’affiches d’information sur la santé. Et nous apparaissions sur les applications de géolocalisation de toilettes.

 

Quels sont vos autres projets ?

Nous voulons développer le jeu de société et vidéo, et nouons des partenariats avec les écoles dans ce sens. Nous voulons aussi mettre l’accent sur les publics allophones, en participant par exemple au festival Migrant'scène de La Cimade ou en proposant des ateliers de conversation. Nous finalisons enfin une charte pour accueillir les associations dans notre hall qui pourra leur servir de vitrine. Le bâtiment de forme ovoïde est remarquable et rompt avec les tours et le centre commercial carrés. C’est un objet architectural un peu singulier !

Les dernières
actualités