Orhan Pamuk, prix Nobel de Littérature 2006 | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, avec vt, le 12.10.2006

Orhan Pamuk, prix Nobel de Littérature 2006

L'auteur turc a reçu ce prix qui prend cette année une couleur particulièrement politique...

A seulement 54 ans, l’écrivain turc (et francophile) Orhan Pamuk reçoit le plus prestigieux des prix de littérature, le Nobel. Il faisait partie de la liste des quelques favoris, même si sa jeunesse et sa courte œuvre ne plaidaient pas forcément pour lui. Six titres sont disponibles en traduction française (Le Livre noir, prix France-Culture, La vie nouvelle, Mon nom est rouge…), tous chez Gallimard.

Le Nobel arrive un an après le prix de la Paix des libraires allemands et le prix Médicis étranger pour Neige.

Auteur à succès, à cheval entre deux mondes, l’Europe et l’Asie, ayant vécu sur les rives du Bosphore, Pamuk est aussi connu pour son inébranlable défense de la liberté d’expression : il avait été le premier à condamner la fatwa contre Salman Rushdie.

L’écrivain avait reçu plusieurs menaces et subi des poursuites judiciaires à la suite à sa déclaration : « Un million d'Arméniens et 30 000 Kurdes ont été tués sur ces terres, mais personne d'autre que moi n'ose le dire. »

Cette année, le prix Nobel de Littérature prend une tonalité particulièrement politique. Car le même jour, les députés français ont adopté en première lecture la proposition de loi socialiste rendant passible de prison la négation du génocide arménien. Jusqu’à présent, de nombreux diplomates, à Paris comme à Bruxelles, regrettaient cette loi, qui « empêcherait le dialogue pour la réconciliation. » C’est assurément un coup dur pour le gouvernement d’Ankara qui est en pleine discussions pour faire son entrée dans l’Union européenne – ce que Pamuk a toujours ouvertement souhaité.

Avec ce prix Nobel, les démocrates et artistes (notamment l’écrivaine Elif Shafak) qui réclament cette reconnaissance du génocide se voient offrir une tribune inespérée.

L’Académie suédoise et ses 18 membres ont été plus lyriques pour justifier le choix de leur élu, « qui à la recherche de l'âme mélancolique de sa ville natale a trouvé de nouvelles images spirituelles pour le combat et l'entrelacement des cultures. » Plus prosaïquement l’auteur recevra 1,1 million d’euros.

Orhan Pamuk, Neige (Gallimard) ; Orhan Pamuk, Mon nom est Rouge (Gallimard) ; Orhan Pamuk, La vie nouvelle (Gallimard)  ; Orhan Pamuk, Le château blanc (Gallimard) ; Orhan Pamuk, Le livre noir (Gallimard) ; Orhan Pamuk, La Maison du silence (Gallimard)

Toutes les réactions à cette attribution

Tous les prix littéraires

Thématique

close

S’abonner à #La Lettre