Rentrée essais et documents

Panser le monde

La moisson éditoriale donne une place importante à l'écologie, et au retour au potager (photo tirée de La désobéissance fertile, de Jonathan Attias). - Photo © LIONEL PRADO

Panser le monde

Covid, écologie, féminisme et élections présidentielles... Passé le choc et l'émotion de la crise, les éditeurs proposent des pistes pour bâtir un monde meilleur en cette rentrée 2021.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
Créé le 06.07.2021 à 15h00,
Mis à jour le 06.07.2021 à 15h00

Enfin ! Après de longs mois passés à vivre avec les restrictions sanitaires, les Français sont depuis le 20 juin libérés du couvre-feu et retrouvent avec joie leur liberté. De leur côté, les éditeurs tentent de tirer les enseignements de la crise et imaginent un monde meilleur pour demain. Logiquement, le cru 2021 de la rentrée essais et documents, qui compte 1 633 notices déjà annoncées au 31 mai sur la base Electre Data Services, se fait l'écho des réflexions sociales soulevées par la crise du Covid. À moins d'un an de l'élection présidentielle, la politique française imprègne les programmes qui continuent par d'ailleurs d'irriguer une production déjà foisonnante consacrée à l'écologie et au féminisme.

Plusieurs ouvrages dressent le bilan du quinquennat d'Emmanuel Macron. - Photo © U.S. DEPARTMENT OF STATE

Dans le contexte de la crise sanitaire, Stéphane Junique, président de la première mutuelle de santé Harmonie Mutuelle, explique comment les nouvelles formes de solidarité représentent une opportunité pour les sociétés dans État d'urgence solidaire (Cherche Midi). Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique en charge du logement, s'interroge sur le vivre-ensemble à l'issue de la crise dans Lettre à Lionel (Calmann-Lévy). Nicolas Baverez publie Reconstructions : quand les épidémies font l'histoire (L'Observatoire), dans lequel il imagine le possible tournant historique que représenterait la crise sanitaire dans l'évolution de nos sociétés. Directeur général adjoint de l'institut de sondage Ifop, Frédéric Dabi publie La fracture aux Arènes, une étude consacrée aux 18-30 ans montrant un effondrement du niveau de bonheur de cette génération qui reste malgré tout résiliente. Directrice du département consommation du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc), Pascale Hébel se demande comment Consommer après la Covid (Autrement).

Avec Animal (Actes Sud), Cyril Dion explore une diversité de formes de cohabitation harmonieuse entre les humains et l'ensemble du vivant à travers le regard de deux adolescents. - Photo OLIVIER DION

Chez Allary, Raphaël Glucksmann envoie une Lettre à la génération qui va tout changer après la crise. Dans Travail : un avant et un après Covid-19 (L'Aube), le journaliste Denis Lafay et le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger font le constat d'un climat social dégradé depuis la crise et développent les conditions pour rebondir et sortir de cette situation. Face au spectre des catastrophes sanitaires, écologiques, économiques, sociales, sécuritaires ou démocratiques, Edwy Plenel invite, avec A gauche de l'impossible (La Découverte), à une mobilisation des individus et à une convergence des luttes.

2022 dans le viseur

En prélude à l'élection présidentielle, les ouvrages politiques affluent dans les programmes. Quelques-uns dressent le bilan du quinquennat d'Emmanuel Macron comme le deuxième volume de Comprendre le malheur français de Marcel Gauchet, Eric Conan et François Azouvi (Stock) ou Macron : le jeu des sept erreurs du journaliste Guillaume Duval (Les liens qui libèrent). Jacques Généreux examine la politique économique du Président dans Quand la connerie économique prend le pouvoir (Le Seuil) et Jean-Michel Aphatie plonge dans les coulisses du quinquennat avec Les amateurs (Flammarion).

à L'Archipel, Bruno Dive propose un tour d'horizon des futurs candidats à la présidentielle et identifie les forces et faiblesses de chacun dans Les kamikazes tandis que Charles Sapin et François-Xavier Bourmaud dévoilent les relations du président sortant et de la présidente du Rassemblement national dans Macron-Le Pen : le tango des fossoyeurs.

Désigné candidat du Parti communiste français (PCF) pour la présidentielle, Fabien Roussel publie Ma France (Cherche Midi). L'ancien député LR Henri Guaino entend rappeler aux Français que la politique les concerne tous, dans un contexte de repli de chacun sur sa sphère personnelle, dans La politique, tous concernés ! (Rocher). Sous la direction d'Éric Fottorino, des historiens, sociologues, acteurs de la gauche et observateurs politiques se questionnent : A quoi sert la gauche ? (Philippe Rey). Avec 2022, l'expérience populiste ? (Plon), Mathieu Souquière et Damien Fleurot montrent que la société française n'a jamais été aussi proche du point de bascule vers le populisme, et le sociologue Manuel Cervera- Marzal s'intéresse au Populisme de la gauche (La Découverte).

Dans La droite et la gauche, histoire et destin (Gallimard), le philosophe Marcel Gauchet analyse le clivage entre la gauche et la droite et pose la question d'une telle division dans un contexte de profondes mutations sociétales. Chez Textuel, l'historienne Ludivine Bantigny et le sociologue Ugo Palheta font Face à la menace fasciste en France. Dans Un étrange renoncement (Albin Michel), Denis Olivennes met en cause les orientations prises par le pays sous l'influence de certains courants progressistes radicalisés. L'ancien conseiller du cabinet de François Hollande Aquilino Morelle dresse avec L'opium des élites (Grasset) un bilan sans concession de la démocratie française.

Les hommes et femmes politiques prennent aussi la plume. Dans Une femme française (L'Observatoire), Anne Hidalgo retrace son parcours politique et évoque sa vision d'une République laïque et égalitaire ou encore l'importance de la transition écologique. François Ruffin se confie au journaliste Rachid Laïreche pour François Ruffin, la revanche des bouseux (Les Arènes). François Guillaume livre Les dix commandements de l'homme politique au Cherche midi. Pierre Joxe interroge la stratégie de sécurité publique à adopter en France dans Sécurité intérieure (Fayard) et Luc Ferry partage ses Réflexions sur l'école (Privat SAS).

Secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts (EELV), Julien Bayou fait des propositions pour lutter contre l'ultra libéralisme et définit un projet de changement de société dans En vert et avec tou-tes (Lattès), quand le président du Parti écologiste François de Rugy plaide pour l'émergence d'une écologie autonome, débarrassée des interdits et des dogmes dans Du pouvoir des homards et bien d'autres choses (Plon).

Objectif Terre

La moisson éditoriale donne une place importante à l'écologie, durablement implantée dans les rayons. Celle-ci se fait politique avec David Djaïz (Demain, la république écologique, Allary) et Quentin Bérard (Eléments d'écologie politique, Libre & Solidaire).

Dans Sauvons nos océans ! (L'Archipel), Jean-Michel Cousteau réfléchit à l'avenir des océans et nous invite à prendre conscience des dangers qui les guettent. Avec Animal (Actes Sud), Cyril Dion explore une diversité de formes de cohabitation harmonieuse entre les humains et l'ensemble du vivant à travers le regard de deux adolescents. Yann Arthus-Bertrand retrace avec Olivier Blond son parcours et la nécessité de défendre une écologie humaniste afin de la transmettre aux générations futures dans Legacy (La Martinière).

Inventons un monde circulaire, propose Philippe-Loïc Jacob au Cherche Midi en soulignant que le tri et le recyclage doivent devenir une responsabilité citoyenne pour tous. Mikaëla Le Meur fait tomber Le mythe du recyclage (Premier parallèle). Le professeur Antoine Pelissolo et le docteur Célie Massini se penchent sur l'Eco-anxiété : le nouveau mal du siècle (Flammarion). De leur côté, Pierre-Antoine Donnet analyse la Chine, le grand prédateur : un défi pour la planète (Éditions de l'Aube) et Vincent Mignerot dénonce les lacunes méthodologiques dont souffre l'étude des choix en matière énergétique dans L'énergie du déni (Rue de l'échiquier).

Chez Actes Sud, l'écologiste altermondialiste indienne Vandana Shiva et l'agronome et ethnologue Jacques Caplat dressent une synthèse des connaissances scientifiques et des savoirs paysans accumulés autour d'initiatives visant à expérimenter, en Inde et en Europe, des techniques agricoles respectueuses du vivant dans Biodiversité, agroécologie, agriculture biologique régénérative : solutions durables à la famine, la pauvreté et le changement climatique. Toujours chez Actes Sud, Marc-André Selosse explore L'origine du monde : une histoire naturelle du sol à l'intention de ceux qui le piétinent, à travers un périple souterrain à la découverte des sols, un milieu qui héberge une grande part de la biodiversité et permet le fonctionnement des écosystèmes, ainsi que des menaces qui pèsent sur eux au XXIe siècle.

Fabrice Flipo se concentre sur La numérisation du monde (L'Echappée) et à ses implications écologiques quand Guillaume Pitron livre L'enfer numérique : Voyage au bout d'un like (titre provisoire) aux Liens qui libèrent. Avec Sitopia (Rue de l'échiquier), Carolyn Steel met en lumière les dérèglements écologiques ainsi que l'augmentation de l'obésité et des risques de famine provoqués par les choix des sociétés industrielles en matière d'alimentation.

Vague féministe

De l'écologie au féminisme, il n'y a parfois qu'un pas. L'écoféminisme s'invite dans les rayons, comme avec Naissance de l'écoféminisme de Françoise d'Eaubonne (PUF), La mort de la nature : les femmes, l'écologie et la révolution scientifique de Carolyn Merchant, traduit de l'anglais par Margot Lauwers (Wildproject) et Restons vivantes : femmes, écologies et lutte pour la survie de Vandana Shiva, traduit de l'anglais par Agnès El Kaïm (Rue de l'échiquier).

Irriguant une production éditoriale déjà bien développée, une trentaine d'autres titres s'emparent du thème des femmes et du féminisme. Parmi eux, l'essai très attendu de Mona Chollet Réinventer l'amour : comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles (Zones), trois ans après la publication de son long-seller Sorcières. Dora Moutot analyse comment le patriarcat s'immisce sous la couette avec Mâles baisées : comment le patriarcat s'immisce sous la couette (Guy Trédaniel). Des féministes livrent leurs réflexions sur les relations de domination et les inégalités entre les hommes et les femmes dans Nos amours radicales (Hachette pratique). Pap NDiaye réunit, dans Et ne suis-je pas une femme ? (Payot), les interventions orales de l'abolitionniste afro-américaine et militante du droit de vote des femmes aux États-Unis Sojourner Truth.

Titiou Lecoq se demande pourquoi l'histoire a effacé les femmes dans Les grandes oubliées (L'Iconoclaste). à partir des travaux de 33 scientifiques internationaux, Thomas Cirotteau, Jennifer Kerner, Eric Pincas publient Lady Sapiens (Les Arènes), une enquête sur la place et le rôle des femmes dans la société préhistorique. Le livre est accompagné d'un documentaire éponyme diffusé sur France 5. Qui a peur des vieilles ? s'interroge Marie Charrel aux Pérégrines. Pauline Grosjean analyse le Patriarcapitalisme (Le Seuil).

Enfin, le label Mango Society fait sa première rentrée avec Lâchez-nous la grappe ! : déconstruire les injonctions pour se sentir plus libre, s'exclame chez Mango Noémie, la créatrice du compte Instagram Meuf Cocotte, et Garce, hystérique et autre joyeusetés : les insultes sexistes et oppressives enfin décryptées d'Alice Pfältzer et Laetitia Abad Estieu.

20 ans après le 11 septembre

Photo © CC BY-SA 3.0

11 septembre 2001. Quatre avions s'écrasent dans les tours du Wall Street Center, sur le Pentagone et en Pennsylvanie, plongeant le monde dans l'effroi. Vingt ans plus tard, Garrett M. Graff documente la mémoire collective des événements avec le récit de 500 hommes et femmes dans 11 septembre, une histoire orale (Les Arènes). Chez Flammarion, Mitchell Zuckoff relate le déroulé détaillé de cette journée à travers tous les protagonistes dans L'histoire vraie du 11 septembre, traduit de l'anglais par Thierry Piélat et Laurence Decreau (Flammarion). Dans Le manifeste contre le terrorisme islamiste (Erick Bonnier), le recteur de la Grande mosquée de Paris Chems-Eddine Hafiz condamne, avec d'autres imams, le terroriste islamiste qui prend la religion comme justification de ses actes.

Abus dans l'Église

Entamée en 2019, la vague de parution autour des abus sexuels dans l'Église continue de s'étoffer. Sous la direction du prêtre et psychothérapeute Stéphane Joulain, trente spécialistes issus des mondes de la psychiatrie, de la médecine, de la théologie ou encore des études bibliques analysent les agressions sexuelles sur mineur au sein de l'Église et tentent de montrer comment les combattre dans L'Église déchirée (Bayard). Avec Tolérance zéro (Salvator), le jésuite Pierre de Charentenay dresse une synthèse de la lutte contre la pédophilie au sein de l'Église, menée dans le monde entier depuis vingt ans, avant d'en présenter les causes religieuses ainsi que les réactions et résistances ecclésiales face aux accusations des victimes.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités