Mouvement social

Préavis de grève pour les bibliothèques de la communauté de Clermont-Ferrand

Médiathèque Aimé Césaire à Clermont Ferrand

Préavis de grève pour les bibliothèques de la communauté de Clermont-Ferrand

Les syndicats CGT et FSU ont appelé les agents du réseau de lecture publique de Clermont Communauté à cesser le travail vendredi 19 juin.  Ils réclament des moyens supplémentaires pour la mise en place des nouveaux horaires d’ouverture prévus à partir du 1er septembre.

J’achète l’article 1.50 €

Par Véronique Heurtematte,
Créé le 17.06.2015 à 13h11,
Mis à jour le 17.06.2015 à 14h00

Les bibliothèques de Clermont Communauté seront touchées par un mouvement de personnel vendredi 19 juin. Les syndicats minoritaires CGT et FSU ont en effet déposé un préavis de grève reconductible pour les agents des 17 bibliothèques de Clermont Communauté qui regroupe 21 communes. 
 
Les syndicats réclament des moyens supplémentaires pour la mise en place des nouveaux horaires d’ouverture qui seront soumis au vote du conseil communautaire vendredi 19 juin et qui devraient être effectif à compter du 1er septembre.
 
" Nous sommes favorables à une augmentation des horaires d’ouverture des bibliothèques, sous réserve que celle-ci se fasse avec des moyens humains suffisants pour préserver la qualité du service public et les conditions de travail des agents ", affirme le tract signé par les deux syndicats.
 
La nouvelle grille horaire, qui a fait l’objet d’un long travail et de plusieurs négociations depuis deux ans, prévoit notamment une ouverture jusqu’à 19 h pour toutes les bibliothèques du réseau et une augmentation parfois importante de l’amplitude d’ouverture. La bibliothèque du centre-ville de Clermont-Ferrand devrait ainsi passer de 28 heures à 45 heures d’ouverture hebdomadaire du mardi au samedi. Cela nécessite une réorganisation importante du travail dans laquelle les agents passeront au moins 50 % de leur temps de travail en service public.
 
L’ouverture jusqu’à 19h et un planning horaire de travail qui pourra changer toutes les cinq semaines font particulièrement tiquer les syndicats. « Cela constitue pour les agents une contrainte qui aura un impact important sur leur vie privée », dénonce Nicole Sininge, déléguée CGT.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités