Industrie

Prisme déballe ses cartons dans une usine nouvelle génération

Les cartons sont envoyés sur des rampes pour êtres triés en fonction de leurs destinations finales. - Photo Olivier Dion

Prisme déballe ses cartons dans une usine nouvelle génération

La plateforme pour le livre Prisme a déménagé à Ris-Orangis dans des locaux mieux équipés et davantage respectueux de l'environnement. 

J’achète l’article 1.5 €

Par Pauline Gabinari ,
Olivier Dion ,
Créé le 12.05.2022 à 15h07 ,
Mis à jour
le 13.05.2022 à 17h17

67 000 tonnes de livres passent par là tous les ans et pourtant, il est rare de voir la couverture d’un ouvrage dans cette usine. Plateforme au service de la Commission de Liaison Interprofessionnelle du Livre (CLIL), Prisme fait la connexion entre distributeurs et libraires.

Située initialement à Limeil-Brévannes, la société a déménagé à Ris-Orangis début mai 2022 pour s’offrir 10 000m2 dédiés au cross-docking, une technique de préparation de commandes n’impliquant aucun stockage. « Ce nouveau bâtiment nous permet d’être beaucoup plus efficace est plus respectueux de l’environnement », se félicite Bouchaïb Moudakir, directeur de Prisme.

10 000 colis à l’heure

Au service de la commission de liaison interprofessionnelle du livre, l'entreprise est un véritable agent de liaison. Tous les jours, des centaines de livres sont livrés par les distributeurs. Ces derniers sont ensuite distribués via une chaîne de tri selon les différentes commandes de libraires. Prisme livre ainsi toutes les librairies de France sauf la grande distribution, la Fnac, les sites de e-commerce et l’ensemble du territoire Île-de-France. La Belgique et le Luxembourg font aussi partie de ses clients. « Un tiers des livres commandés en France passe par là », précise Bouchaïb Moudakir.

Avec ce déménagement, l’entreprise a modernisé ses équipements. Une nouvelle chaîne de tri mécanisée pouvant aller jusqu’à 10 000 colis à l’heure a été achetée et 104 portes à quais entourent désormais le site. « Nous accueillons 25 semi-remorques par jour et jusqu’à 50 de plus durant la forte période », explique Bouchaïb Moudakir. A Prisme, le temps de travail s’organise effectivement selon plusieurs saisons avec une phase intensive de mi-août à mi-novembre. « En moyenne, deux fois plus de colis sont traités à cette période-là ».  

Panneaux photovoltaïques et ruches

Les nouveaux locaux sont conçus dans une démarche de développement durable. Afin de couvrir une partie de l’électricité utilisée, des panneaux photovoltaïques couvrent le toit. « Cela représente 25% de notre consommation d’électricité », se targue le directeur de Prisme. Des ruches ainsi qu’un espace « plantes aromatiques » complètent l’ensemble.

Le financement d’une telle entreprise nécessite des moyens. Le passage sur la plateforme coûte environ 0,25% du prix du livre. Un montant divisé entre distributeurs et libraires. Les premiers prennent en charge 70% de l’aller et bénéficient d’un tarif dégressif tandis que les seconds paient les 30% restant au prix fixe de 30 euros et 100% des retour pour un montant de 121 euros.

A quoi il faut encore ajouter un coût de transport modulable selon la compagnie et le prix du gasoil. « Pour une grosse structure comme Mollat, l’ensemble des trajets sont revenus à 170 000 euros pour 972 tonnes de livres acheminés en 2022 », précise Sophie Salmon, Secrétaire Générale de la CLIL.

Les dernières
actualités