Bibliothèque

Prix Livres Hebdo des Bibliothèques 2016 : Dunkerque couronnée

Le jury au travail. De gauche à droite : Pierre-Yves Cachard, directeur de la bibliothèque universitaire du Havre, Cécile Boyer-Runge, P-DG des éditions Robert Laffont, Claude Ponti, président du jury, Samuel Chauveau, directeur de la librairie Bulle - Photo OLIVIER DION

Prix Livres Hebdo des Bibliothèques 2016 : Dunkerque couronnée

J’achète l’article 4.5 €

Par Véronique Heurtematte,
Créé le 09.12.2016 à 00h00,
Mis à jour le 09.12.2016 à 10h31

Le jury du 7e grand prix Livres Hebdo des Bibliothèques francophones, présidé par l’auteur pour la jeunesse Claude Ponti et soutenu par Infor, Bibliotheca + 3M, Média Diffusion, la Sofia et France Culture, a consacré les bibliothèques municipales de Dunkerque pour la qualité de leur action avant même que n’ouvre, dans un an, leur grand équipement central.
Il a également primé la médiathèque Entre Dore et Allier de Lezoux (Innovation), L’Alpha du Grand Angoulême (Accueil), la bibliothèque d’Héricourt (Animation) et la bibliothèque Oscar-Niemeyer du Havre (Espace intérieur). Le nouveau prix de la Diffusion scientifique revient à la bibliothèque Kateb-Yacine de Grenoble.

Grand prix 2016 : Dunkerque, la bibliothèque attitude

L’oriflamme frappée du logo de la bibliothèque qui signale aux baigneurs la bibliothèque des Sables, installée sur la plage tout l’été. - Photo BIBLIOTHÈQUES MUNICIPALES DE DUNKERQUE

Son budget est en baisse, ses locaux, en attendant la future médiathèque qui ouvrira dans un an, sont vieillissants et trop petits : c’est pourtant au réseau municipal de Dunkerque que le jury a décidé d’attribuer le grand prix Livres Hebdo des Bibliothèques. Pourquoi ? Parce que les jurés ont été impressionnés par la grande qualité du travail, l’inventivité et l’énergie déployées par les bibliothécaires pour proposer une offre attractive malgré ces contraintes, et pour "raccourcir la distance entre l’usager et la bibliothèque", comme le plaide le dossier. La preuve que la qualité de service repose avant tout sur un état d’esprit, au-delà des moyens mis à disposition.

Cela se traduit par un ensemble d’initiatives qui placent les utilisateurs au cœur de la démarche. Le magazine des bibliothèques leur consacre plusieurs rubriques, dont "La bobine de lecteur", qui fait le portrait d’un usager à travers huit questions sur ses lectures, et "Carte blanche", consacrée à un habitant. Beaucoup d’activités sont proposées en lien avec des associations, ou prises en charge par les lecteurs. "La bibliothèque est alors un simple trait d’union, elle laisse les clés à l’usager", explique l’équipe. Un circuit court permet de mettre rapidement en circulation les nouveautés. Les lecteurs ont ainsi trouvé les titres de la rentrée littéraire dès le 31 août. Il est également possible de réserver et de faire acheminer un document au sein du réseau Les Balises, qui rassemble les 32 établissements de lecture publique de la communauté urbaine de Dunkerque. L’occasion de mettre en place les "fonds flottants" : les documents intègrent les collections de la bibliothèque où ils sont rendus. L’équipe fait surgir régulièrement des bibliothèques éphémères : au salon Dunkerque en survêt, sur le marché du végétal, au Frac ou dans un parc. La bibliothèque tient aussi une permanence dans le café du théâtre Le Bateau feu. Les bibliothécaires ont distribué des sacs avec une sélection surprise lors de la cérémonie des vœux du maire aux agents municipaux.

Ce qu’en pense le jury

"Il y a une forte capacité à faire vivre ensemble les bibliothèques du réseau pour arriver à une cohérence avec le futur équipement, analyse l’auteur pour la jeunesse Claude Ponti, président du jury. J’aime l’initiative de la bibliothèque présente tous les jours en été sur la plage. C’est la preuve que les bibliothécaires connaissent bien leur public et comment le toucher. J’aime aussi l’idée des fiches de recommandation des usagers sur les livres. Cela crée des petites connivences entre personnes qui ne se connaissent pas mais qui se communiquent des émotions."

Prix de l’Accueil : L’Alpha à Angoulême, l’art du bien-recevoir

L’accueil comme démarche réfléchie : l’équipe de bibliothécaires. - Photo BIBLIOTHÈQUE L’ALPHA-VILLE D’ANGOUÊME

L’Alpha, la médiathèque du Grand Angoulême inaugurée en novembre 2015, a placé la qualité de l’accueil au cœur de son projet, et cela, avant même son ouverture. Les mois précédents, l’équipe a orchestré une campagne de promotion en direction des habitants, déclinée de multiples manières. L’Alpha s’est ainsi invitée dans plusieurs grandes manifestations. Les bibliothécaires ont tenu un stand au festival de musique du monde Musiques métisses et pendant le forum Sport, santé et environnement pour présenter la future médiathèque, ses services et ses collections. Ils ont également organisé des journées d’étude sur les pratiques culturelles des enfants lors du Festival du livre jeunesse de Ruelle-sur-Touvre, qui a permis de toucher tous les professionnels de l’enfance de la région.

Le mois précédant l’ouverture, des visites de chantier ont été organisées. Plus de 750 personnes sont venues découvrir les lieux en avant-première et ont pu voir les équipes en plein travail, occupées à déménager les collections ou encore à installer mobilier et matériel. "C’est une très bonne idée de montrer le travail en train de se faire, je vais m’en inspirer pour nos visites de chantier, a déclaré Dominique Deschamps, directrice du réseau des médiathèques de Plaine Commune, grand prix Livres Hebdo 2015. Il y a aussi eu un gros travail avec les partenaires. C’est essentiel car c’est cela qui permet de toucher des publics très différents."

L’aménagement des 5 600 m2 sur quatre niveaux du bâtiment a été pensé avec la même attention portée à l’accueil : s’installer confortablement pour lire une BD, regarder un film, consulter la presse, profiter de la vue depuis la terrasse du café au dernier étage. "C’est un ensemble de petites choses par lesquelles on sent que les bibliothécaires se sont mis à la place des usagers", note Samuel Chauveau. L’espace "Mezzanine", dédié aux tout-petits et à leurs parents, avec du mobilier, des collections et des animations spécifiques, a également retenu l’attention du jury. Les parents peuvent y laisser leur enfant pour une courte pause (une heure maximum) afin de profiter librement des services de la médiathèque.

Ce qu’en pense le jury

"L’accueil n’est pas seulement une attitude. C’est une démarche qui procède d’une réflexion, souligne Claude Poissenot, sociologue. A Angoulême, la médiathèque n’avait pas ouvert ses portes que l’équipe y travaillait déjà avec précision et avec des propositions de grande qualité. C’est cette capacité à fédérer une équipe et un projet autour de la notion d’accueil des publics que le jury a particulièrement appréciée."

Prix de l’Animation : Héricourt, jouer, c’est gagner !

La vaste salle où les bibliothécaires invitent les habitants à venir jouer pendant une journée. - Photo DAVID HOUZER/MÉDIATHÈQUE D’HÉRICOURT

L’ouverture de sa ludothèque en 2013 a complètement bouleversé le quotidien de la médiathèque François-Mitterrand à Héricourt, ville-centre d’une communauté de 20 communes regroupant 20 000 habitants en Haute-Saône. Placer le jeu sous toutes ses formes au cœur de ses activités l’a transformée en un lieu vivant et joyeux, a modifié les rapports avec les usagers, a attiré de nouveaux publics et suscité une hausse de fréquentation. Cerise sur le gâteau : l’ouverture de la ludothèque a également dopé les prêts de livres ! Le jury a été sensible à cette approche pragmatique basée sur le plaisir et le partage, certes modeste, mais très efficace. "Notre ludothèque favorise la socialisation, les échanges entre adultes et enfants, l’apprentissage et l’éveil intellectuel ainsi que l’intégration, car c’est un endroit où toutes les barrières culturelles, sociales et générationnelles sont supprimées, fait valoir l’équipe dans son dossier de candidature. Les jeux et les livres, loin de se concurrencer, se stimulent et se développent en parallèle."

A la bibliothèque, le jeu est pratiqué au quotidien avec l’accompagnement des médiathécaires ou lors de manifestations spécifiques. La bibliothèque propose en particulier des soirées de jeu chaque veille de vacances scolaires avec un espace dédié aux enfants et un autre pour les adultes et les adolescents. A la fin de la séance, tout le monde se retrouve autour d’un buffet.

La manifestation "Enjouez vous !", organisée chaque année en mars, est quant à elle devenue un rendez-vous très attendu. La médiathèque investit une salle voisine de 1 000 m2 qui se transforme pour une journée en vaste terrain de jeux. Jeux de plateau, jeux vidéo, jeux de construction, escape game : toutes les activités ludiques sont représentées. "Les bibliothécaires ont évalué leur action, ce qui est rare, et ont mis en évidence le lien entre cette action et la fréquentation ainsi que les prêts", souligne Dominique Deschamps, directrice du réseau des médiathèques de Plaine Commune, lauréat du grand prix Livres Hebdo 2015.

Ce qu’en pense le jury

"Il y a un côté jubilatoire dans cette approche par le jeu et le divertissement, apprécie Cécile Boyer-Runge, P-DG des éditions Robert Laffont. Cette expérience illustre bien une évolution importante, celle du métier de bibliothécaire vers celui de médiathécaire. Cette initiative constitue un pont habilement jeté entre la bibliothèque et les usagers. Le jeu est universel et fédère toutes les générations. Cela montre que des chemins très différents peuvent mener au livre. Cette équipe a réussi à faire venir les gens et à créer le désir. Pari gagné !"

Prix de l’Espace intérieur : Le Havre, au cœur du Volcan

Concert dans l’atrium, repensé comme tout l’intérieur du Petit Volcan par l’architecte Françoise Sogno. - Photo J. BERTOIS/VILLE DU HAVRE

L’exceptionnelle qualité architecturale de la bibliothèque Oscar-Niemeyer, au Havre, a remporté l’adhésion unanime des jurés. Le nouvel équipement de 5 200 m2 a ouvert en novembre 2015, au terme de quatre ans de travaux, dans le Petit Volcan, l’un des deux bâtiments construits en centre-ville entre 1978 et 1982 par l’architecte brésilien. Installer un équipement de lecture publique dans un édifice doté d’une aussi forte personnalité, et qui n’avait pas été prévu au départ pour cet usage, constituait un défi de taille à la fois du point de vue architectural et du point de vue bibliothéconomique.

Le programme élaboré conjointement par l’architecte Françoise Sogno pour les espaces intérieurs, en lien avec une équipe de spécialistes (scénographe, acousticien, concepteur lumière), les architectes Deshoulières-Jeanneau pour l’extérieur du bâtiment et les bibliothécaires, a abouti à un aménagement intérieur cohérent, mis au service du projet de lecture publique tout en respectant la signature architecturale d’Oscar Niemeyer, dominée ici par les courbes.

L’essentiel des surfaces a été rendu accessible au public, et un cheminement a été créé parmi les collections et les espaces aux ambiances différenciées, tirant parti de façon originale des contraintes du bâtiment. Le parcours permet au visiteur de découvrir successivement ces espaces dans une logique de cheminement documentaire : le salon de presse, les salles de formation et de travail, l’espace enfance installé le long de la façade vitrée, puis les collections et les équipements dédiés à la musique et aux films, et enfin plus loin les BD et les mangas. A l’étage, une coursive dessert les collections pour les adultes au sein desquelles ont été aménagés des coins lecture cosy, des alcôves. Les mobiliers, dotés pour la plupart de roulettes, autorisent une grande modularité.

Le réseau de lecture publique du Havre avait déjà obtenu en 2012 le grand prix Livres Hebdo des Bibliothèques francophones pour l’ensemble de son action.

Ce qu’en pense le jury

"C’est un lieu extraordinaire, atypique, s’enthousiasme Samuel Chauveau, directeur de la librairie Bulle, au Mans. L’architecture est au service d’un projet global où tout est fait pour donner envie de venir, de s’installer. Dans ma librairie, j’ai moi aussi beaucoup investi dans l’éclairage et le mobilier, réalisés sur mesure, afin d’offrir aux clients un environnement de très grande qualité, qui déclenche l’envie d’entrer, de regarder les livres, et de renouveler cette expérience. Pour moi, la problématique est la même en librairie et en bibliothèque."

Prix de l’Innovation : Lezoux, l’usager, matière première de la médiathèque

La préfiguration de la bibliothèque en Lego par les futurs lecteurs. - Photo BIBLIOTHÈQUE ENTRE DORE ET ALLIER, LEZOUX

Son bâtiment n’ouvrira qu’au printemps 2017, mais la médiathèque Entre Dore et Allier, à Lezoux, a commencé à exister bien avant. En 2012, les élus de cette communauté de 14 communes et 18 000 habitants, dans le Puy-de-Dôme, décident de se doter d’un équipement culturel structurant pour leur territoire. Ce projet sera pensé dès le départ comme un outil au service des habitants, mais plus encore créé et animé par eux. "Le recours aux outils de design thinking est de plus en plus fréquent dans l’élaboration des projets de bibliothèque, mais je ne l’avais encore jamais vu poussé aussi loin", relève Pierre-Yves Cachard, directeur de la bibliothèque universitaire du Havre.

Cette philosophie s’incarne dans une multitude d’initiatives rassemblées dans le programme "En attendant la médiathèque" : clubs de lecture, participation des habitants aux achats documentaires ou encore à un projet original baptisé "Tricotons la ville", inspiré par le mouvement artistique du tricot graffiti qui consiste à recouvrir de laine le mobilier urbain et végétal.

Pendant trois semaines, l’association La 27e Région a posé ses valises à Lezoux et organisé de nombreux temps d’échanges avec les habitants, donnant lieu à la rédaction du "Plan des usages" qui inscrit l’usager au centre de l’équipement et l’invite à l’enrichir de ses compétences et savoir-faire. L’équipe de la médiathèque a tenu des permanences sur le marché pour présenter le futur équipement et proposer aux habitants de s’inscrire. Elle a multiplié les partenariats avec les interlocuteurs du territoire. Les potiers ont encadré des ateliers pour la construction de boîtes à lire implantées dans les différentes communes. Les collégiens ont apporté leur contribution à la conception de l’accueil, de l’espace pour les tout-petits et de celui pour les adolescents. Ils ont également réalisé un parcours jusqu’à la médiathèque, matérialisé par dix bornes qui présentent chacune un service et permettent d’accéder via un QR code à une vidéo où les adolescents présentent leurs coups de cœur. "Ce lieu sera un succès, prédit Claude Ponti. Car quand on construit soi-même sa maison, on a envie d’y habiter."

Ce qu’en pense le jury

"Il y a une grande complétude dans ce dispositif, commente Dominique Deschamps. On sent une extraordinaire volonté d’être proche du territoire et de s’appuyer sur les forces locales. L’équipe est au contact des gens avec une grande diversité d’approche. C’est très inventif."

Prix de la Diffusion scientifique : Kateb-Yacine à Grenoble, le virus du savoir

Dans la bibliothèque Kateb-Yacine. - Photo BIBLIOTHÈQUES MUNICIPALES DE GRENOBLE

Pour sa première édition, le prix de la Diffusion scientifique, doté par la Sofia (Société française des intérêts des auteurs de l’écrit) de 5 000 euros pour l’achat d’ouvrages de sciences, a été décerné à la bibliothèque municipale Kateb-Yacine, à Grenoble, pour son cycle de conférences "Tout comprendre". Lancée en 2015, cette "série de rencontres qui active les neurones" vise à mettre la culture scientifique à la portée du plus grand nombre. Les conférences sont confiées à des spécialistes de la sphère scientifique locale, dont la tâche est de rendre leur savoir accessible.

Les interventions portent sur des sujets d’actualité qui mettent en lumière la manière dont les sciences rejoignent les préoccupations de tout un chacun. Les cycles abordent des sujets touchant à tous les domaines des sciences avec des thèmes aussi différents que "le nouveau régime méditerranéen", "à quoi servent les maths ?", "quel climat pour demain ?", ou encore ""devenir éco-consommateur". La programmation prévue en 2017 abordera "les coulisses des médias", "les sondages électoraux peuvent-ils influencer les votes ?" et "lorsque notre intestin et notre cerveau communiquent". Chaque séance est constituée d’une intervention d’une heure suivie de 45 minutes d’échanges entre le spécialiste et la salle. Chaque conférence est l’occasion d’enrichir le fonds de la bibliothèque sur le sujet traité. Les conférences sont filmées puis intégrées à la bibliothèque numérique de Grenoble, au sein de son offre de films en ligne. Elles y sont consultables gratuitement sans limitation de durée. Le jury a apprécié la dimension globale de cette stratégie de vulgarisation scientifique et les supports de communication très attractifs.

Ce qu’en pense le jury

"C’est une démarche très construite, très lisible, analyse Pierre-Yves Cachard, directeur de la Bibliothèque universitaire du Havre. On sent une démarche globale, avec une grande attention portée au public et une forte volonté de rendre la culture scientifique accessible au plus grand nombre. Les bibliothécaires se sont posé des questions sur la manière de diffuser les sciences et ont élaboré des éléments de réponse qui constituent une stratégie d’ensemble. C’est intéressant de faire appel au potentiel scientifique local et de lier les événements à l’actualité. La communication sur cette programmation est percutante, séduisante. Il semble également que cette programmation s’inscrive en cohérence avec le reste des animations proposées aux lecteurs. J’ai trouvé cette approche très convaincante."

Coup de cœur : La Grand-Plage de Roubaix

L’équipe de la Grande-Plage, bien équipée pour les bains de mer. - Photo BIBLIOTHÈQUES MUNICIPALES DE ROUBAIX

La médiathèque de la Grand-Plage, rouverte en septembre 2015 dans un bâtiment entièrement modernisé, a centré tout son projet autour de la qualité d’accueil du public. Le jury a salué l’ensemble des actions mises en place dans le cadre de cette démarche. Le projet s’est appuyé sur cinq axes : un fort élargissement des horaires d’ouverture, de 41 heures à 50 heures hebdomadaires, la rénovation du rez-de-chaussée autour du patio, la mise en place de la RFID, le redéploiement des collections, et une stratégie numérique affirmée.

Labellisée "Bibliothèque numérique de référence" depuis 2012, la médiathèque a utilisé les techniques de design thinking pour repenser son site Internet. Les échanges hebdomadaires menés lors du café numérique ont conduit à la rédaction d’un carnet de tendances.

En parallèle, un "laboratoire des idées" a été mis en place, au cours duquel des responsables de collections de la bibliothèque ont élaboré et testé plusieurs projets. Ce travail a débouché sur la création de deux espaces numériques thématiques : l’espace parents et l’espace emploi, qui regroupent chacun toutes les ressources de la médiathèque pour chaque domaine. Des utilisateurs types ont été définis : le nouvel arrivant, le pressé, le chercheur… Cela a permis d’élaborer les contenus de la page d’accueil du site Internet. Différentes maquettes ont été conçues et testées par les utilisateurs jusqu’à la version finale. "Ce processus d’innovation se doit d’être permanent et le site Internet de la médiathèque continuera à être amélioré par l’évaluation du projet", souligne le dossier de candidature.

Près de quarante ans après sa création, en 1979, l’équipement de lecture publique de Roubaix a retrouvé une nouvelle vitalité et ses indicateurs sont en hausse. Depuis sa réouverture, la médiathèque a inscrit 1 500 nouveaux usagers et a totalisé plus de 41 000 entrées.

Coup de cœur : l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches

Un patient photographié par la cinéaste Valérie Minetto, illustration du livre Voyage immobile. - Photo VALÉRIE MINETTO

"Des scientifiques à l’hôpital", la programmation de journées thématiques proposée par la médiathèque du personnel et des malades de l’hôpital Raymond-Poincaré, à Garches (92), constitue une démarche de diffusion de la culture scientifique originale et complète. Ouvertes à la fois au personnel, aux patients et à leurs proches, mais aussi au public extérieur, ces rencontres, conçues en collaboration avec le CNRS, permettent de mettre les évolutions des sciences et des techniques à la portée des non-initiés.

Pensées en lien avec les collections de la bibliothèque, elles sont organisées en deux temps : des ateliers-conférences le matin pour les enfants hospitalisés et une rencontre-débat tout public l’après-midi. "Les maladies émergentes", "Maman, j’ai rétréci les planètes !" ou encore "Seuls dans l’immensité du cosmos ?" font partie des thèmes abordés.

Chaque conférence fait l’objet d’une réalisation vidéo mise en ligne sur le site Internet de l’hôpital. Vingt DVD ont également été intégrés aux collections de la médiathèque, ce qui permet aux usagers qui ne peuvent pas se déplacer d’y avoir accès.

En lien avec cette programmation, "Mon passeport pour les sciences" est un document distribué aux enfants et adolescents hospitalisés, dans lequel ils sont invités à rédiger un court texte présentant l’atelier auquel ils ont participé, à noter les livres de la bibliothèque présentés à cette occasion, les visites de musée ou d’exposition réalisées en lien avec la thématique.

"C’est un dossier atypique, relève Damian Elsig, directeur de la médiathèque Valais, en Suisse. Les bibliothécaires ont développé une approche stratégique dans un environnement difficile qui intègre tous les publics et même le non-public. Je trouve le concept très abouti. C’est une expérience inspirante et osée."

Plus de 60 candidatures pour la 7e édition

Les membres du jury : de gauche à droite : Samuel Chauveau, directeur de la librairie Bulle (Le Mans), Véronique Heurtematte, chef de la rubrique Bibliothèque à Livres Hebdo, Cécile Boyer-Runge, P-DG des éditions Robert Laff - Photo OLIVIER DION

Pour sa 7e édition, le grand prix Livres Hebdo des Bibliothèques francophones a reçu 62 dossiers provenant de 36 réseaux ou institutions différents, de bibliothèques territoriales, universitaires ou spécialisées. Comme les années passées, c’est la catégorie Animation qui a attiré le plus grand nombre de candidatures (24). La catégorie Espace intérieur a reçu 13 dossiers, tandis que les thématiques Innovation et Accueil ont rassemblé respectivement 11 et 9 dossiers. La Diffusion scientifique, nouvelle section soutenue par la Sofia, qui attribue au lauréat une dotation de 5 000 euros pour l’acquisition de livres de sciences, a reçu 5 candidatures.

La diversité et la richesse des propositions prouvent une fois de plus le grand dynamisme de la lecture publique en France. Malgré un contexte économique difficile, de beaux équipements, neufs ou rénovés, ont ouvert au cours de l’année écoulée, parmi lesquels L’Alpha, grand bâtiment de 5 600 m2 à Angoulême, la médiathèque du Bouscat, qui partage son bâtiment avec la maison de la vie écocitoyenne et la maison de la vie associative, ou encore la médiathèque de la Canopée, au cœur du quartier des Halles, à Paris. Au Havre, la bibliothèque Oscar-Niemeyer s’est installée dans le Petit Volcan, conçu il y a plus de trente ans par l’architecte brésilien. A Roubaix, la médiathèque La Grand-Plage a été entièrement transformée et modernisée.

Depuis plusieurs années déjà, les dossiers font apparaître la grande attention portée aux usagers. Cette édition met en lumière une démarche qui pousse encore plus loin cette préoccupation en considérant les habitants, utilisateurs ou non, comme des partenaires actifs pour la conception d’une bibliothèque et dans son animation. Cette philosophie, qui place la relation humaine au cœur de tout projet, s’affranchit de la prédominance des collections ou même d’un espace physique. C’est ce qui a conduit le jury à distinguer deux bibliothèques qui ne disposent pas encore d’un grand équipement structurant : la médiathèque Entre Dore et Allier, dont le bâtiment ouvrira au printemps prochain, et les bibliothèques de Dunkerque, dont la tête de réseau ouvrira dans un an.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités