Lyon

Reprise de la librairie Passages en douceur

Delphine Sablé et Mathieu Baussart, propriétaires de Passages à Lyon depuis le 17 juin 2021 - Photo DR/LIBRAIRIE PASSAGES

Reprise de la librairie Passages en douceur

Figures marquantes de la librairie, Françoise Charriau et Erik Fitoussi cèdent les manettes de leur entreprise à deux de leurs salariés, Delphine Sablé et Mathieu Baussart.
 

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécile Charonnat,
Créé le 16.06.2021 à 13h20,
Mis à jour le 16.06.2021 à 14h21

Pas de surprise chez Passages. Sur les rails depuis cinq ans, la reprise de la librairie lyonnaise sera actée jeudi 17 juin. Delphine Sablé et Mathieu Baussart succèdent à Françoise Charriau et Erik Fitoussi, créateurs de la structure en septembre 2000.
 
"C’est une transmission idéale, souligne Mathieu Baussart. Elle a été pensée, anticipée et préparée. Nous avons eu le temps d’apprendre le métier et de préparer le terrain pour les équipes comme pour les clients."
 
Formation littéraire
 
Codirecteurs de la librairie depuis 2019, Delphine Sablé et Mathieu Baussart ont la même formation en lettres modernes et sensiblement "la même expérience professionnelle". Entrée dans le métier à 27 ans, en 2005, Delphine Sablé a fêté ses trente ans chez Passages. Elle s’y est notamment occupé du rayon Sciences humaines qui a pris un nouvel essor à la suite de l’ouverture du premier étage en 2016. Depuis 2018, elle supervise le pôle Sciences humaines, BD et jeunesse.
 
Après 10 ans passés chez Kléber à Strasbourg, Mathieu Baussart fait un premier "repérage" chez Passages en 2014. Reparti à Strasbourg pour des raisons personnelles, il travaille jusqu’en 2017 chez Quai de brumes avant de réintégrer l’équipe de la librairie lyonnaise dans l’optique de la reprise. Il coiffe alors tout l’univers de la littérature.
 
Faire rester les jeunes clients
 
Fins connaisseurs de Passages, les deux associés n’entendent pas bouleverser l’image de la librairie, très identifiée à la littérature et à la défense de l’édition indépendante, mais ils souhaitent instaurer un équilibre délicat entre ce pôle fort, qui dégage 50% du chiffre d’affaires, et le développement d’offres qui correspondent à la demande d’une nouvelle clientèle, telles la BD et la jeunesse.
 
"Le but, c’est de se rendre visibles sur ces secteurs en enrichissant notre assortiment comme nous avons su le faire pour les sciences humaines et en étant plus actifs sur les rencontres", détaille Mathieu Baussart qui souhaite ainsi capitaliser sur l’effet Covid. "Comme pour beaucoup, la crise nous a apporté de nouveaux clients, plus jeunes notamment, qui se sont rendus compte que nous étions capables de rivaliser avec certaines grosses structures en termes de délai, donc d’aller vite, et que, surtout, nous avions du fonds. Et le Pass cuture ne fait que confirmer la présence des jeunes en librairie", analyse le tout jeune propriétaire.
 
Pour porter ce projet, dont le montant reste secret, Delphine Sablé et Mathieu Baussart bénéficient du traditionnel soutien de l’Adelc et du CNL.
 

Passages en chiffres

268m2 de surface commerciale
28 000 références
13 salariés dont 8 libraires
2,3 millions d’€ de CA
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités