Richard Powers lauréat du Grand prix de littérature américaine 2018 | Livres Hebdo

Par Nicolas Turcev, le 12.11.2018 à 12h33 (mis à jour le 12.11.2018 à 16h00) Proclamation

Richard Powers lauréat du Grand prix de littérature américaine 2018

Richard Powers - Photo DR

L’écrivain a été récompensé pour son roman écologique L’arbre-monde publié aux éditions Cherche Midi.

Le grand prix de Littérature américaine 2018 à été attribué à Richard Powers ce lundi 12 novembre pour son douzième roman L’arbre-monde (traduit par Serge Chauvin) publié au Cherche Midi. Il l’emporte face aux deux autres finalistes, Dan Chaon (Une douce lueur de malveillance, Albin Michel, traduit par Hélène Fournier) et Rachel Kushner (Le Mars Club, Stock, traduit par Sylvie Schneiter).
 
L’arbre-monde raconte les aventures d’une dizaine de personnages qui convergent vers la Californie, où un séquoia est menacé de destruction. A travers le récit de leurs destins connectés par le mystère de la communication entre les arbres, le roman tisse une fresque écologique en opposition au monde cybernétique et virtuel dans lequel l’humanité s’est abîmée.
 
"Richard Powers se met ici au diapason des forêts, de plus en plus menacées par l’homme. Il abolit les frontières entre l’humain et le végétal, entre la mythologie et la science, entre la poésie et la philosophie. […] Ecrit dans ce style élégant et métaphorique qui est propre à l’auteur, ce formidable livre radical et militant, tente de réconcilier l’homme et la Nature. […] Le lecteur ne regardera jamais plus un arbre de la même façon et prendra encore davantage conscience, s’il en était besoin, du lien indéfectible qui nous unit au monde naturel", a déclaré le jury du grand prix de Littérature américaine dans un communiqué.
 
Le grand prix de Littérature américaine, qui récompense chaque année un roman américain traduit en français, devrait être remis à Richard Powers fin novembre. Ce dernier succède à Richard Russo, récompensé en 2017 pour A malin, malin et demi (Quai Voltaire, traduit par Jean Esch).
 
close

S’abonner à #La Lettre