Manifestation

Roberto Saviano a ému Quais du polar

Roberto Saviano à Quais du Polar 2019 (à gauche, la traductrice, Macha Séry à droite). - Photo CLAUDE COMBET

Roberto Saviano a ému Quais du polar

Invité exceptionnel de Quais du polar, l’auteur de Gomorra a ému tous les participants samedi à la rencontre au théâtre des Célestins tandis que la 15e édition de la manifestation s’avère un succès.

Par Claude Combet,
à Lyon,
Créé le 01.04.2019 à 15h59,
Mis à jour le 01.04.2019 à 16h00

"La rencontre du public avec Roberto Saviano restera un moment magique dans l’histoire du Festival" déclare Hélène Fischbach, directrice de Quais du polar, dont la 15e édition s’est déroulée du 29 au 31 mai à Lyon. Devant un public qui a rempli le célèbre théâtre des Célestins, interviewé par Macha Séry du Monde, l’auteur est venu présenter Baiser féroce, la suite de Piranhas (paru en juin 2018) qui paraît le 4 avril. 

"Vous êtes tous Italiens" a constaté Roberto Saviano, quand la salle réagissait à ses propos avant même leur traduction. L’auteur de Gomorra a ému les participants par une détermination sans faille à dénoncer la mafia, la corruption, la montée de l’autoritarisme en Italie et les outrances du ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, malgré les menaces de mort. Une rencontre qui s’est terminée par les applaudissements de toute une salle debout, après qu’une spectatrice lui ait crié: "le héros, c’est toi".

"J’avais accumulé tellement de documentation, j’avais rencontré les survivants qui étaient en prison et la réalité était tellement violente que j’ai pensé qu’il fallait mieux en faire une fiction" a-t-il raconté. Les deux livres racontent comment un groupe de très jeunes criminels d’une violence extrême – "porteurs d’un gène qu’ils utilisent pour faire le mal" – qui, en 2013, ont réussi à prendre la tête du crime organisé, manipulant des millions d’euros grâce au trafic de drogue. Pour l’écrivain, il y a une vraie urgence à dénoncer l’autoritarisme et à défendre la liberté d’expression dans un contexte européen mis à mal.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités