Rossana Campo remporte le 3e prix Strega Giovani | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 17.06.2016 à 18h20 (mis à jour le 17.06.2016 à 19h00) ITALIE

Rossana Campo remporte le 3e prix Strega Giovani

Rossana Campo - Photo COPIE D'ÉCRAN/RAI

500 jeunes ont voté pour Dove troverete un altro padre come il mio et lui ont décerné l’équivalent italien du Goncourt des lycéens

Dove troverete un altro padre come il mio de Rossana Campo, paru chez Ponte alle Grazie, remporte le prix Strega Giovani (Jeunes). 500 jeunes de 16 à 18 ans de 50 lycées et lycées techniques ont choisi parmi les titres sélectionnés pour le prix Strega et ont voté pour décerner l’équivalent du Goncourt des lycéens. Comme son aîné, il est organisé par la Fondazione Maria e Goffredo Bellonci et par le Strega Alberti Spa, et est doté de 3000 euros.

Rossana Campo y fait le portrait d’un père menteur, alcoolique et fauteur de troubles, "déconstruisant avec pudeur et grande émotion la figure tutélaire imposante". "Il s’agit d’un livre surprenant qui arrive à nous émouvoir et nous faire rire au cours de la même page, alors qu’il sonde la relation avec son père" a commenté Umberto Eco, qui l’a soutenu pour le prix Strega.  

Le livre a été acquis par l’éditeur espagnol Siruela mais n’a pas encore trouvé d’éditeur français. Trois titres de Rossana Campo ont été traduits en français: L’amour, des fois, quand ça s’y met en 1995 chez POL; L’acteur américain (2000) et A la folie (2002) chez Fayard.

Dove troverete un altro padre come il mio est arrivé devant La figlia sbagliata de Raffaella Romagnolo (Frassinelli) et Le streghe di Lenzavacche de Simona Lo lacono (e/o).

Décerné pour la troisième année, le Strega Jeunes (Straga Giovani) ne doit pas être confondu avec le Strega Jeunesse (Strega Ragazze e Ragazzi) décerné pour la première fois cette année à la Foire du livre de jeunesse de Bologne à deux livres jeunesse: Salta, Bart! de Susanna Tamaro (Giunti) dans la catégorie des 6-10 ans et Fuori fuoco de Chiara Carminati (Bompiani) dans la catégorie des 11-15 ans.
close

S’abonner à #La Lettre