Castastrophe naturelle

Séisme à Mexico: les libraires face au désastre

Séisme à Mexico: les libraires face au désastre

Le drapeau mexicain sur les ruines du seisme du 19 septembre. - Photo Gregory Jaimes / Twitter

Séisme à Mexico: les libraires face au désastre

Suite au tremblement de terre qui a secoué le Mexique le 19 septembre, les librairies ont fermé leurs portes pour évaluer les dégâts. Les deux libraires françaises font le bilan.

J’achète l’article 1.5 €

Par Mylène Moulin,
Créé le 22.09.2017 à 18h00

Trois jours après le séisme meurtrier qui a secoué le Mexique, c’est l’heure du bilan. Plus de 250 morts et des centaines de disparus, une cinquantaine de bâtiments effondrés ou endommagés, de nombreux édifices culturels en danger. Les librairies et les bibliothèques de la capitale mexicaine ont échappé au pire mais le traumatisme est immense.

"C’était terrible", raconte Julieta Salgado, la gérante de La Libreria Francesa, située Plaza Inn. "Nous avons eu de la chance, la librairie a tenu le coup. Mais la situation est plus grave près de nos bureaux situés dans le quartier de La Condesa où plusieurs bâtiments sont détruits", relate la libraire.

Pas de dégâts matériels non plus à déplorer au Temps de lire, la librairie française de Bertha Júarez située au cœur de la délégation Cuauhtémoc une des zones les plus affectées par le tremblement de terre avec 27 bâtiments en ruine et 24 sur le point de s’effondrer. Le personnel va bien mais la libraire se dit traumatisée. "La situation est affreuse dans la ville de Mexico et quelques états (Morelos et Puebla). Je suis très triste pour mon pays et pour les personnes qui sont décédées", confie-t-elle.

A Mexico et Puebla les grandes chaînes de librairies (Educal, El Sótano, Porrúa, Gandhi et Fondo de Cultura Económica) ont fermé leurs portes pour évaluer l’état de leurs succursales et toutes les activités littéraires ont été reportées jusqu’à nouvel ordre.

Plusieurs établissements culturels comme le Centre national des arts et la Cinémathèque nationale ont cessé leurs activités habituelles pour se transformer en centres de collecte pour les sinistrés.

Les dernières
actualités