Roman/France 20 août Négar Djavadi

Son premier roman a connu un succès international, et pour cause ! Désorientale a fait émerger la voix originale de Négar Djavadi. Née en Iran, grandie à Paris, elle a nourri sa plume de ses racines bigarrées. Pas évident de revenir pour un second round. Pour cela elle prend le pari de changer complètement d'univers et de style. Derrière le « mythe de Paris ville bourgeoise, bijou de beauté et de culture » se cache une cité plus complexe et obscure, mélange de cultures et de « nœuds de violence ». Le décor est planté dans le quartier de Belleville, une Tour de Babel et un ring de boxe. Chacun tente d'y survivre avec ses codes et ses principes. Tant d'êtres s'y croisent ou s'y côtoient, sans jamais se parler ou se connaître.

L'auteure présente une vaste galerie de personnages illustrant cette multiplicité. Benjamin Grossman est une caricature de l'homme qui incarne la réussite. Il dirige l'équivalent de Netflix en France, BeCurrent. Mais dans l'enfance, ce fils unique a navigué entre le fantôme de son père mort et l'omniprésence de sa mère. Lui qui manie facilement l'enchaînement des séries, n'a pas prévu celle qui allait le prendre de court et le déstabiliser vec le vol de son portable, peut-être lié à la mort d'un adolescent. « Tout peut arriver, à n'importe qui, n'importe quand », surtout s'il existe une trace filmée. L'actualité américaine a prouvé récemment, à quel point une vidéo peut enflammer la toile. Ici, le pouvoir des images et des réseaux sociaux s'empare d'une réalité occultée, d'une violence passée sous silence. Celle d'un cadavre aussi anonyme et insignifiant que les vivants qui gravitent dans ce roman.

Qu'ils soient flic, politicien, mère célibataire, jeune des cités ou clandestin, ils ne savent plus trop comment prendre leur destin en main. Un rien les entraîne loin de leurs rêves et de leurs aspirations. Asya Baydar reste l'éternelle étrangère, Jahanguir Sharif se transforme en shérif haineux, assoiffé de pouvoir. L'injustice est leur lot alors même qu'ils vivent à Paris, « Terre promise des Damnés de la terre, au cœur de l'Utopie ratée du Cosmopolitisme. » Négar Djavadi se livre, dans une prose contemporaine, rythmée de textos, à une critique sociale corrosive. Leurs chutes obligent ses personnages à revoir leurs trajectoires et leurs priorités. De là à espérer un vrai changement... Pas sûr.

Négar Djavadi
Arène
Liana Levi
Tirage: 30 000 ex.
Prix: 22 euros ; 432 p.
ISBN: 9791034903092
19.06 2020

Livre cité

Auteur cité

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités