Suisse : la lecture plutôt que la taule | Livres Hebdo

Lire Live propose à des adolescents en situation de délinquance de bénéficier d’une "peine" de lecture effectuée en bibliothèque. - Photo LIVRE LIVE

Depuis 2010, l’association suisse Rendez-vous en bibliothèque, récemment rebaptisée Lire live, permet à des jeunes âgés de 10 à 18 ans en situation de délinquance de bénéficier d’une "peine" de lecture, effectuée en bibliothèque. Inédite en Europe, cette démarche, dictée par un juge des mineurs, vient se substituer à d’autres types de sanctions, comme des travaux d’intérêt général. Les adolescents ou les enfants qui bénéficient de cette initiative sont astreints - pour une durée de 4 à 30 heures - à des rencontres régulières avec un bénévole de l’association dans une bibliothèque proche de leur domicile. En cas de non-respect de ses engagements, le jeune sera renvoyé devant un juge.

L’idée consiste à favoriser le partage et la discussion entre le bénévole et le mineur par le biais de la lecture et de l’écriture. "Par l’identification aux personnages rencontrés dans les livres, il est possible de renouer avec des parties perdues de soi-même, de prendre conscience et d’exprimer ses propres sentiments de tristesse, de révolte, de joie ou d’espoir, de se sentir moins seul", détaille l’association. Elle espère aussi, par ce biais, sensibiliser les jeunes aux lois "universelles de respect de l’autre, de soi-même" et les inviter à tourner la page sur les difficultés qu’ils ont traversées.

Pour l’heure, 93 mineurs des cantons de Fribourg, de Vaud et du Valais ont été confiés aux 143 bénévoles de Lire live. Cette mesure semble positive, si l’on en croit les témoignages anonymes de jeunes recueillis par l’association. L’un d’eux raconte : "Cela m’a remis en face de moi-même. Ces entretiens m’ont fait du bien et m’ont permis d’écrire sur le blanc ce que j’ai au fond de moi, ce que je ressens." Un bénévole s’étonne, lui, "de la facilité avec laquelle on peut communiquer avec le jeune sans aucune arrière-pensée et sans l’ombre d’un jugement de valeur sur les actes commis". Lire live, dirigée par François Delessert en partenariat avec Bibliomedia Suisse, fonctionne grâce au soutien financier de fondations ou d’associations, mais aussi de donateurs individuels, et recrute sans cesse de nouveaux bénévoles. Elle envisage d’ouvrir son action d’ici peu à d’autres activités comme des ateliers de lecture et d’écriture dans des foyers ou des centres de détention pour mineurs.

Pauline Leduc

Sur les mêmes thèmes (1 article)

Thématique

Auteurs cités (2)

close

S’abonner à #La Lettre