Toni Morrison : nouvelle star | Livres Hebdo

Par Claude Combet, le 25.09.2015 (mis à jour le 25.09.2015 à 11h04) Roman étranger

Toni Morrison : nouvelle star

Toni Morrison, lors du Festival America en septembre 2014. - Photo O. DION

La consécration pour la seconde fois par les libraires du prix Nobel de littérature 1993 souligne la démultiplication de son lectorat depuis Home, en 2012, grâce auquel l’écrivaine américaine s’est vraiment imposée en France.

Les libraires avaient déjà placé Home en tête du palmarès Livres Hebdo des romans étrangers en 2012. Ils récidivent cette année avec Délivrances, traduit de l’américain par Christine Lafferière. Ce doublé vient souligner le parcours accompli par Toni Morrison dans notre pays, avec lequel elle entretient une relation privilégiée. La lauréate du Nobel de littérature est souvent venue en France, où elle a notamment enseigné à l’Ecole normale supérieure de Paris. Elle "allait voir son ami James Baldwin qui vivait dans le sud de la France", raconte son éditrice, Dominique Bourgois. Honorée par la République française, elle a été nommée commandeur des Arts et des Lettres en 1993. Elle a reçu la médaille Grand Vermeil de la Ville de Paris et, des mains de Frédéric Mitterrand, alors ministre de la Culture, les insignes d’officier de la Légion d’honneur en 2010.

Cadeau

Toni Morrison a aussi participé à de grands événements culturels. En novembre 2006, elle a été l’invitée du musée du Louvre pour une carte blanche riche en événements, dont une conférence sur le thème "Etranger chez soi". En 2010, la 6e biennale de la Toni Morrison Society s’est tenue à Paris avec notamment une conversation publique au théâtre de la Madeleine, des rencontres en médiathèque, au musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis et à l’Eglise américaine. Elle a aussi signé dans les librairies parisiennes L’Arbre à lettres et Galignani, où elle a lu des extraits d’un manuscrit qui n’était pas terminé, "un "work in progress" dont elle nous a fait cadeau", souligne Dominique Bourgois, qui rappelle que "Toni Morrison a été éditrice chez Random House (1). Elle se montre toujours professionnelle et disponible pour les libraires".

C’est avec Home (aujourd’hui 120 000 exemplaires en grand format) que les ventes ont explosé et que, d’un écrivain confidentiel, Toni Morrison est devenue "une star", dont 10/18 a vendu près de 600 000 poches. " Home m’a bouleversé au point que je n’avais pas de mots pour en parler à mes clients. Je ne pouvais que le recommander", témoigne Michel Edo, de la librairie Lucioles, à Vienne. Publié à la rentrée littéraire 2012, le livre a bénéficié d’un lancement original et a emporté l’adhésion des libraires, qui ont reçu des extraits du Green book, un guide de voyage à l’usage des Noirs américains, dont elle s’est inspirée. Venue pour l’occasion au Festival America de Vincennes, Toni Morrison a eu les honneurs de tous les médias, et chacune de ses interventions a été accueillie par les applaudissements d’une salle debout, tandis que les lecteurs qui n’avaient pu entrer suivaient les débats sur un écran dans la rue.

Force et justesse

"Toni Morrison a deux types de lecteurs : les inconditionnels qui ont tout dévoré et ceux qui l’ont découverte plus tard, qui n’ont pas lu Beloved ", commente Michel Edo, qui a toujours en rayon trois ou quatre titres du prix Nobel 1993. Muriel Couderc, de la librairie La Folle avoine, à Villefranche, en est devenue une adepte cet été. "J’avais lu Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie et ça m’intéressait de voir comment Toni Morrison traitait le problème du racisme aux Etats-Unis, explique-t-elle. Sur un sujet douloureux, elle nous emporte par son écriture sobre, nette. Il y a peu de romans d’une aussi grande justesse sur le racisme, et sans pathos", constate la libraire conquise, bien décidée à lire les autres romans de l’auteure. "Pourtant commencé avant Home, Delivrances semble écrit dans l’urgence, observe de son côté Michel Edo. C’est une histoire forte, qui reste aussi en mémoire, une histoire douloureuse, sur le féminisme, le racisme, l’enfance, la relation mère-fille. Toni Morrison est impressionnante par sa lucidité sans concession."

(1) Voir notre entretien, "Toni Morrison : "Je ne veux pas être l’auteur omniscient"", dans LH 1048, du 26.6.2015, p. 28.

close

S’abonner à #La Lettre