Tristesse du moraliste | Livres Hebdo

Par Olivier Mony, le 12.10.2018 Essai/États-Unis 8 nov. David Foster Wallace

Tristesse du moraliste

David Foster Wallace - Photo EFFIGIE/LEEMAGE/L'OLIVIER

Quatre textes inédits de l'auteur de L'infinie comédie pour redire toute la vanité et la tristesse de la société du spectacle.

C'était il y a un peu plus de dix ans, le 12 septembre 2008. David Foster Wallace, l'enfant terrible des lettres américaines, le plus doué peut-être, le plus intranquille sûrement, mettait fin à ses jours quelque part en Californie. Si l'onde de choc dans son pays où il avait su depuis longtemps imposer son regard de biais sur le réel, fut bien réelle ; la France où son œuvre commençait seulement

Lire la suite (2 910 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article
close

S’abonner à #La Lettre