Bibliographie

Trois résistants et un ancien ministre au Panthéon

Trois résistants et un ancien ministre au Panthéon

© Olivier Dion

Trois résistants et un ancien ministre au Panthéon

Germaine Tillion, Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle et Jean Zay ont vu leur vie basculer avec la Seconde Guerre mondiale. François Hollande doit officiliaser leur entrée au Panthéon vendredi 21 février.

J’achète l’article 1.5 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 20.02.2014 à 16h02

Le président de la République François Hollande annoncera vendredi 21 février l’entrée au Panthéon des résistants français Germaine Tillion, Pierre Brossolette et Geneviève de Gaulle ainsi que de l’ancien ministre de l’Education nationale Jean Zay.
 
Le chef de l’Etat officialisera ces quatre choix lors d’un discours au Mont-Valérien (Hauts-de-Seine).
 
Germaine Tillion (1907-2008), Grand croix de la Légion d’honneur et Croix de guerre, ethnologue avant la guerre et spécialiste de l’Algérie, est entrée dans la Résistance dès la capitulation du maréchal Pétain. Elle a fondé le réseau du Musée de l’homme. Dénoncée par un prêtre en 1942, elle fut envoyée en déportation à Ravensbück. Elle racontera son quotidien dans le camp dans un ouvrage, Ravensbrück, dont la dernière édition date de 1997, en format poche chez Points. Points a également réédité son autobiographie, Fragments de vie, en avril 2013.  Il y a deux ans, Textuel avait publié Germaine Tillion, la pensée en action, essai de Tzvetan Todorov consacré à la vie et à l’œuvre de la femme engagée. Encre bleue avait aussi réédité en 2012 Germaine Tillion : un long combat pour la paix, biographie destiné  aux jeunes lecteurs.
 
Pierre Brossolette (1903-1944), Chevalier de la Légion d’honneur et Croix de guerre, journaliste durant les années 30, il faisait parti du réseau de résistance du Musée de l’homme. En mars 1944, il fut torturé durant deux jours par la Gestapo : il échappe à son gardien et se défenestre. Quelques ouvrages lui ont été consacrés. La biographie d’Eric Roussel, Pierre Brossolette, parue chez Fayard et Perrin en 2011, paraît cette semaine en format poche chez Pluriel. Guillaume Piketty avait rédigé Pierre Brossolette, héros de la résistance en 1998 (Odile Jacob). Piketty s’était associé à Daniel Cordier et Alain Finkielkraut pour rendre hommage au héros de la Résistance dans Pierre Brossolette ou le destin d’un héros (chez Tricorne, 2000). Enfin, signalons l’autobiographie fictive que Jean-Paul Chich imagina, Je suis… Pierre Brossolette (J. André éditeur, 2006).
 
Geneviève de Gaulle (1920-2002), nièce du général de Gaulle, a également appartenu au réseau du Musée de l’homme (dès 1940) et, comme Germaine Tillion, fut déportée à Ravensbrück. Après la guerre, elle s’illustra dans sa lutte contre la grande pauvreté en fondant notamment Aide à toute détresse, l’ancêtre d’ATD Quart monde. Grand croix de la Légion d’honneur et Croix de guerre, elle a témoigné sur la barbarie nazie lors du procès de Klaus Barbie. Son ouvrage le plus connu, La traversée de la nuit (Le Seuil et en format poche Points), raconte sa déportation et sa vie dans le camp allemand. Elle a aussi écrit Le secret de l’espérance (aujourd’hui indisponible) sur les droits à la dignité de la personne humaine.
 
Jean Zay (1904-1944), avocat, a été député du Loiret puis sous-secrétaire d’Etat à la présidence du Conseil avant de devenir ministre de l’Education nationale, de 1936 à 1939. Il démissionne de son poste pour s’engager dans l’armée française dès les premiers jours de la guerre. En août 1940, alors qu’il tente de s’exiler, Jean Zay est arrêté, aux côtés de Pierre Mendès-France. Deux mois plus tard, il est condamné à la déportation à vie pour désertion en présence de l’ennemi. Il est mort assassiné par des milices du collaborateur Joseph Durand, le 20 juin 1944. Son corps n’a été retrouvé qu’en 1946. Début février, Belin a édité ses Ecrits de prison : 1940-1944. On peut aussi lire les autres textes de Jean Zay : Chroniques du grenier (L’écarlate, 1995), Jeanne d’Arc : Biographie (Biotop, 2002), Souvenirs et solitudes (Belin, 2011). Marcel Ruby a écrit une biographie de référence, Jean Zay, parue en 1994 chez Corsaire éditions. La biographie rédigée par l’homme politique Roger Karoutchi en 2006 est aujourd’hui indisponible.

Les dernières
actualités