Inde

Un groupe hindouiste fait retirer un livre de la vente

Un groupe hindouiste fait retirer un livre de la vente

En Inde, plusieurs intellectuels accusent Penguin de ne pas s’être suffisamment battu pour la liberté d’expression, comme il l'avait fait lors de la publication des Versets Sataniques de Salman Rushdie.

J’achète l’article 1.50 €

Par Manon Quinti,
Créé le 17.02.2014 à 19h02,
Mis à jour le 17.02.2014 à 20h00

Suscitant de vives réactions, l’éditeur Penguin a retiré de la vente un livre sur l’hindouisme, Hindus : An Alternative History, publié en 2010 et écrit par une professeure américaine, Wendy Doniger, rapporte The Bookseller le 14 février. Cette décision intervient à la suite d’un procès intenté par une organisation hindouiste. Shiksha Bachao Andolan (le "mouvement pour sauver l'éducation") se bat depuis 2010 pour faire interdire l’ouvrage qu’il considère comme blasphématoire envers la religion hindoue. La semaine dernière, un tribunal de Delhi a rendu sa décision en sa faveur.

Plusieurs intellectuels accusent la maison d’édition de ne pas s’être suffisamment battue pour la liberté d’expression, comme il l’avait fait pour Salman Rushdie lors de la publication des Versets sataniques. Arundhati Roy, prix Booker de littérature en 1997 pour Le Dieu des petits riens (Gallimard, 1998), a dénoncé la lâcheté de son éditeur dans une lettre ouverte publiée dans le New York Times le 13 février :

"Vous avez publié quelques-uns des plus grands écrivains de l’histoire. Vous les avez soutenus comme les éditeurs doivent le faire, vous vous êtes battus pour la liberté d’expression contre les choses les plus violentes et terrifiantes. Et maintenant, même s’il n’y avait pas de fatwa, d’interdiction, même pas d’ordre de la Cour, vous vous êtes non seulement inclinés, mais vous vous êtes humiliés de façon abjecte devant cette injonction ridicule, en signant cet accord. Pourquoi ?"

"Respecter les lois (...), aussi intolérantes et restrictives soient-elles"

Penguin s’est défendu dans un communiqué en soulignant qu’une section spécifique du code pénal indien rendait "de plus en plus difficile pour tous les éditeurs indiens de faire respecter les standards internationaux de liberté d’expression sans être délibérément hors la loi". La section en question, créée à l’origine pour protéger les droits des communautés religieuses, concerne "les actes délibérés et malveillants intentés pour outrager les sentiments religieux de toute classe, en insultant ses religions ou ses croyances religieuses", une offense qui peut être punie par trois ans de prison. Cette loi a notamment été utilisée pour interdire la publication des Versets Sataniques (Christian Bourgois, 1989) de Salman Rushdie.

"Une maison d’édition a les mêmes obligations que les autres organisations, de respecter les lois du pays dans lequel elle opère, aussi intolérantes et restrictives soient-elles. Nous avons aussi la responsabilité morale de protéger nos employés contre les menaces et le harcèlement là où nous le pouvons", poursuit l’éditeur.

L’auteure du livre en question, Wendy Doniger, a elle-même pris la défense de son éditeur, soulignant qu'il menait cette bataille devant les tribunaux depuis quatre ans.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités