Arabie Saoudite

Un poète palestinien condamné à mort pour apostasie

Ashraf Fayadh. - Photo DR

Un poète palestinien condamné à mort pour apostasie

Ashraf Fayadh est condamné à mort en Arabie Saoudite pour ses poèmes aux idées athées et des propos jugés blasphématoires. Une pétition de soutien circule sur internet, et Amnesty International s'est emparé de l'affaire.

J’achète l’article 1.50 €

Par Agathe Auproux,
Créé le 02.12.2015 à 14h28,
Mis à jour le 02.12.2015 à 16h42

Ashraf Fayadh, poète palestinien de 35 ans qui avait notamment représenté l'Arabie Saoudite lors de la Biennale de Venise en 2013, a été condamné à mort vendredi 27 novembre pour apostasie. Les autorités saoudiennes lui reprochent d'avoir tenu des propos contre dieu et contre le royaume, notamment dans ses poèmes, à travers lesquels il est jugé coupable d'incitation à l'athéisme.

En dehors de sa production littéraire, les preuves retenues contre lui font état d'un post sur son compte Twitter et d'une conversation qu'il a eu dans un café qui seraient blasphématoires. Ashraf Fayadh avait confié au Guardian le 20 novembre, alors que son appel pour revoir la sentence de mort avait échoué : "Je suis choqué mais je m'y attendais, bien que je ne pense pas mériter de mourir".

Sur son site internet, Amnesty International précise, en introduction du rapport qu'elle a dressé sur cette affaire qu'Ashraf Fayadh "n'a pas eu le droit de s'entretenir avec un avocat pendant sa détention ou son procès. Cet homme est un prisonnier d’opinion". L'Association France Palestine Solidarité a lancé une pétition de soutien sur Internet en rappelant les faits. Le PEN international s'est également mobilisé, réclamant dans une lettre l'annulation de la condamnation. 

Ashraf Fayadh se bat avec les autorités et la justice saoudiennes depuis 2014, année de sa première arrestation pour blasphème. Lors de son premier procès, le poète avait démenti que ses propos ou son œuvre puissent être qualifiés de blasphématoires, mais s'était platement excusé. La cour n'avait alors pas choisi de le condamner à mort. Selon l'ONG Human Right Watch basée aux Etats-Unis, un autre tribunal est revenu sur cette décision de le laisser vivre, arguant que les excuses d'Ashraf Fayadh ne pouvaient être prises en compte, car "le repentir, c'est pour Dieu".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités