Création

Une enquête sans précédent sur les revenus des auteurs

Photo PHOTO OLIVIER DION

Une enquête sans précédent sur les revenus des auteurs

Livres Hebdo dévoile en exclusivité dans son édition du vendredi 11 mars les résultats d'une enquête d'une ampleur inédite coordonnée par le ministère de la Culture sur les revenus des auteurs en France.

J’achète l’article 1.50 €

Par Pierre Georges,
Créé le 10.03.2016 à 17h21,
Mis à jour le 11.03.2016 à 10h53

Selon une étude coordonnée par le ministère de la Culture et dont Livres Hebdo révèle en exclusivité les résultats dans son numéro 1076 du vendredi 11 mars, la France compte un peu plus de 100 000 auteurs de livres rémunérés pour leurs œuvres. Si leurs revenus sont en baisse, les situations sont contrastées entre les quelques milliers d'auteurs qui vivent de leur plume et une écrasante majorité qui complète leurs revenus avec d'autres ressources. 

Réalisé à partir de cinq études distinctes, le travail du ministère de la Culture montre qu'entre 1979 et 2013, le nombre d'auteurs de livres (écrivains, traducteurs et illustrateurs) affiliés à l'Agessa a triplé. Dans le même temps, après un pic, le revenu médian des auteurs connaît une baisse continue depuis les années 1990, avec un fort contraste toutefois entre illustrateurs – dont le revenu médian a sensiblement reculé – et traducteurs – pour lesquels il a très légèrement augmenté. 





Commentaires (2)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
D

D. L.

il y a 4 ans à 12 h 16

Rien de nouveau dans le monde des auteurs. Sauf que, non contents de gagner peu d'argent, les auteurs subissent des baisses de revenus car l'Agessa vient taxer les pauvres pour redonner aux riches. Les prélèvements sociaux de la Sofia le sont à fonds perdu si on ne dépasse pas un plafond de plusieurs milliers d'euros de droits d'auteurs. Des cotisations dites "retraites" qui ne servent à rien ! On en revient à la technique actuelle de prélèvements : voler un maximum de pauvres pour redonner à une poignée de riches… qui n'en ont pas besoin


N

Nicolas PENEL

il y a 4 ans à 18 h 07

je n'aurais pas mieux dit.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités