Traduction

Une journée pour faire sortir les traducteurs de l'ombre

Une journée pour faire sortir les traducteurs de l'ombre

En partenariat avec le Centre national du livre, l’Association des traducteurs littéraires de France (ATLF) organise le 6 octobre une rencontre avec les libraires, les bibliothécaires ou les organisateurs de festivals et de salons du livre.

J’achète l’article 1.50 €

Par Claude Combet,
Créé le 01.10.2014 à 17h30,
Mis à jour le 01.10.2014 à 21h24

“Montrer que le traducteur peut jouer un rôle important dans la promotion et la défense de l’œuvre qu’il traduit et qu’il peut être un médiateur auprès du public de cette œuvre”, tel est l’objectif de l’Association des traducteurs littéraires de France (ATLF) pour la journée qu’elle organise le 6 octobre dans les locaux du Centre national du livre (CNL), à Paris, et en partenariat avec lui.

Cette journée autour de la traduction vise à faire sortir les traducteurs de l’ombre en valorisant leur métier auprès des libraires, des bibliothécaires, des agences régionales, des organisateurs de festivals et de salons et de tous ceux qui défendent la littérature étrangère.

Après l’ouverture par Vincent Monadé, président du CNL, la première table ronde, intitulée “Après la traduction, la promotion ?”, de 10 h 15 à 12 h 30, mettra en lumière le rôle du traducteur dans la défense de l’œuvre à travers les témoignages de l’éditrice Sabine Wespieser, de Cécile Quintin, directrice du festival Lettres du monde à Bordeaux, de Sophie Benech, traductrice du russe et éditrice, d’Antoine Cazé, traducteur d’anglais et responsable du master de traduction littéraire Paris Diderot, et de la libraire Karine Henry (Paris).

La seconde table ronde, “Traducteurs, lecteurs : une belle rencontre”, de 14 h 15 à 16 h 30, insistera sur la perception du statut du traducteur par le public à travers les initiatives présentées par Corinne Chiaradia, de l’agence ECLA Aquitaine, Patrick Maurus, traducteur du coréen, Emmanuelle Gallienne, responsable de l’association Kolone, Bernard Coste, responsable d’Etranges lectures dans le Périgord et David Rey, libraire.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités