Une “machine à lire” pour que les enfants lisent plus longuement | Livres Hebdo

Par Agathe Auproux, avec AFP, le 23.02.2016 à 14h40 (mis à jour le 23.02.2016 à 15h10) - 3 commentaires Education

Une “machine à lire” pour que les enfants lisent plus longuement

Alain Bentolila et Najat Vallaud-Belkacem lors de la présenration de la Machine à lire au Havre. - Photo EDUCATION.GOUV

La “Machine à lire”, expérimentée au Havre, veut développer le goût de la lecture longue chez les plus jeunes en étant mise en place dans plusieurs écoles primaires en France. 

La ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, a découvert, lundi 22 février au Havre (Seine-Maritime), l'expérimentation menée avec la "Machine à lire", une méthode visant à donner le goût de la lecture longue, qui doit être utilisée dans plusieurs écoles primaires sur l'ensemble du territoire.

Conçue par le linguiste Alain Bentolila, la méthode consiste à faire lire des enfants sur des tablettes numériques, avec lesquelles ils peuvent alterner les phases d'écoute et de lecture de texte. L'objectif est que les phases audio soient progressivement réduites et les phases de lecture de plus en plus allongées, afin que les enfants puissent "tenir la distance" et lire de plus en plus longtemps. Alain Bentolila rapproche sa méthode d'un entraînement à l'endurance pour un coureur à pied.

"Après l'apprentissage de la lecture, la question qui se pose ensuite c'est comment donner le plaisir de la lecture dans un monde d'écrans et de zapping permanent dans lequel la lecture n'est pas suffisamment valorisée", a observé Najat Vallaud-Belkacem, d'après l’AFP.
Ce qui handicape les lecteurs peu aguerris c’est la crainte d’affronter une distance de lecture dépassant quatre à cinq pages. Alain Bentolila
Chaque phase de lecture terminée via la “Machine à lire” est suivie d'une restitution collective, supervisée par un enseignant pour s'assurer que le texte a bien été compris. "Les recherches expérimentales les plus récentes montrent clairement que ce qui handicape véritablement les lecteurs peu aguerris c’est bien l’incapacité et la crainte d’affronter une distance de lecture dépassant quatre à cinq pages", a expliqué le linguiste.

L'expérience menée depuis plus de deux ans au Havre se déroule pour le moment en activité périscolaire. Dès la rentrée de septembre elle sera introduite dans des écoles primaires locales mais aussi dans d'autres villes en France, dans le cadre du dispositif "Plus de maîtres que de classes" qui a été mis en place par le ministère depuis 2012.

"Ce dispositif, dont on parle assez peu, est un vivier de 2500 établissements où un enseignant en surnuméraire, qui n'a pas de classe attitrée, peut passer de classe en classe pour aider les enfants en difficulté et aider ses collègues", a précisé la ministre de l’Education.

Auteur cité (1)

Commentaire récent

“ N'importe quoi : il y a les livres courts pour les 5-6 ans puis toute une palette de livres, très bien conçus, pour tous les âges (documentaires, romans...). Si un gamin "a peur d'affronter... ” libraire il y a 3 ans à 11 h 39
close

S’abonner à #La Lettre