Sortie mondiale

"Une terre promise" de Barack Obama: le monde tel qu'il le voit

"Une terre promise" de Barack Obama: le monde tel qu'il le voit

Le premier tome des Mémoires de Barack Obama retrace son parcours jusqu'au bureau ovale et ses deux premières années de présidence, tumultueuses et fixées sur la capture d'Oussama Ben Laden.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 17.11.2020 à 17h45,
Mis à jour le 17.11.2020 à 18h00

Mardi 17 novembre, Fayard publie le premier tome des Mémoires de l'ancien Président des Etats-Unis, Barack Obama. Une terre promise, pavé volumineux de 848 pages, illustré de deux cahiers photographiques et traduit pas Pierre Demarty, Charles Recoursé et Nicolas Richard, est une plongée dans son premier mandat, où se mélangent l'intime, avec son épouse et ses filles, l'introspection et les faits et anecdotes politiques.

Aux Etats-Unis, où il est déjà en tête des ventes sur les sites de e-commerce, Barack Obama a déjà prévu une tournée promotionnelle conséquente, qui le fera passer par les populaires Late Shows de Jimmy Kimmel et Stephen Colbert mais aussi chez Oprah Winfrey. Au Royaume-Uni, il est annoncé comme l'un des participants à la cérémonie du Booker Prize, le Goncourt britannique, le 19 novembre. En France, les bonnes feuilles sont parues dans le JDD dimanche dernier et un entretien par François Busnel sera diffusé mardi 17 novembre à 20h40 sur France 2. Le livre est tiré en France à 180000 exemplaires.

Le livre n'a pas grand chose en commun avec le best-seller de Michelle Obama, paru il y a deux ans chez le même éditeur, Devenir, et vendu à plus de 400000 exemplaires. Les Mémoires d'un Président ont vocation à éclairer son œuvre politique, avec un propos souvent plus clinique. Achevé durant l'explosion de la Covid-19 aux Etats-Unis et en pleine campagne électorale américaine, Une terre promise revient sur la première partie de son premier mandat, de son investiture le 20 janvier 2009 à l'opération Trident de Neptune qui a tué Oussama Ben Laden le 2 mai 2011.
 
Photos dans un des cahiers intérieurs du livre de Barack Obama
Dédié à ceux de la nouvelle génération qui tiennent l'égalité de tous les êtres humains pour une évidence, "Ce livre est avant tout pour ces jeunes gens une invitation à refaire le monde une nouvelle fois, et à faire advenir, par le travail, la détermination et une bonne dose d'imagination, une Amérique qui se mettra enfin au diapason de tout ce qu'il y a de meilleur en nous" écrit-t-il en préambule.

Dans cette Maison Blanche, dont il appréciait paticulièrement la colonnade ouest qui rejoint à l'air libre ses appartements au bureau ovale, Barack Obama décrit avant tout sa méthode, notamment lors d'arbirtrages cruciaux, son entourage et ses doutes. Il revient sur son parcours, ses influences, ses rencontres. A commencer par celle de Michelle LaVaughn Robinson dans le deuxième chapitre.

Jusqu'à son élection, à la 268e page, l'autobiographie survole les années, les échecs et réussites politiques, la campagne "Yes We Can!". Tout ce que l'on peut trouver dans une biographie politique, avec quelques anecdotes personnelles inédites, et l'emploi de la première personne du singulier pour s'en distinguer.

Les flammes et la tempête

Il faut atteindre le 10e chapitre pour qu'Une terre promise se mue en journal de bord d'un capitaine de vaisseau pris dans une tempête. "En assumant la présidence en des temps si tumultueux a expliqué le révérend Jakes, j'étais moi aussi jeté dans les flammes. Les flammes de la guerre. Les flammes de l'effondrement économique" rappelle-t-il en se remémorant le jour de son investiture. La tempête vient de tous les horizons: crise économique et financière, résistance à l'Obamacare, tensions raciales, cohabitation politique, divers conflits au Moyen-Orient et rivalités grandissantes avec la Chine. Le plus passionnant est niché dans les détails des discours, négociations et confrontations avec ses homologues étrangers. Barack Obama confirme ici ses orientations géopolitiques, qui se tournent davantage vers l'Asie et se désintéresse peu à peu de l'Europe.

Il tresse des louanges à sa Secrétaire d'Etat Hillary Clinton ("son intelligence, son professionnalisme et sa déontologie"), dont "l'aura de star" ne pouvait que bénéficier au pays sur la scène internationale. De la Russie au printemps arabe, en passant par l'Afghanistan, la politique étrangère est finalement le fil conducteur de ce "Verbatim" en prose, qui parfois vire à l'exposé (quand il s'agit de juer les pédagogues sur le climat par exemple). Il n'en oublie pas les mesures phares de son mandat ("Don't Ask Don't Tell", relance économique, "loi Dodd-Frank" sur le système financier, "Obamacare"). Mais on perçoit bien l'obsession d'un Empire préoccupé par sa présence au Moyen-Orient et inquiet de la fragilité démocratique de certains de ses partenaires historiques (notamment la Turquie, mais aussi certains pays européens). A la manière d'un "Page Turner", Barack Obama distille au fil des chapitres les informations qui aboutiront à la conclusion du livre, forcément sensationnelle: l'opération militaire qui tuera l'ennemi public numéro 1 des Etats-Unis, Oussama Ben Laden, organisateur des attentats du 11 septembre 2001.

A propos de Sarkozy, Obama lui refait le portrait : "on aurait dit un personnage sorti d'un tableau de Toulouse Lautrec."

"La foi dans le leadership américain avait été ébranlée - non pas à cause du 11 septembre, mais à cause de la guerre en Irak, des images de cadavres flottant dans les rues de La Nouvelle-Orléans après l'ouragan Katrina, et, plus que tout, de l'effondrement de Wall Street" assène l'ancien président.

Cet exercice forcément égocentrique n'empêche pas, au contraire, de livrer ses opinions à l'égard de ses homologues. Après tout, seuls quelques uns sont encore au pouvoir. Page 423, il fait ainsi le portrait du couple franco-allemand, soit Nicolas Sarkozy, "tout en emportements émotifs et en propos hyperboliques", et Angela Merkel, "pragmatique et analytique". A propos de Sarkozy, Obama lui refait le portrait : "on aurait dit un personnage sorti d'un tableau de Toulouse Lautrec" avec qui les conversations étaient "tour à tour amusantes et exaspérantes." "Ce qui faisait défaut à Sarkozy en matière de cohérence idéologique, il le compensait par l'audace, le charme et une énergie frénétique" ajoute-t-il.

West Wing

Sur le plan intérieur, l'auteur nous entraîne dans House of Cards, la série de Netflix. La manière dont il raconte le vote de l'Obamacare pourrait être un plagiat des méthodes du personnage interprété par Kevin Spacey. A la différence près que l'ancien président évoque ici, en pleine campagne pour cette assurrance maladie "universelle", une épidémie de grippe venue du Mexique. Une grippe qui se propage en quelques semaines et qui frappe les jeunes. Le virus H1N1 fut la première pandémie aux Etats-Unis depuis 40 ans. En bon storyteller, Barack Obama détaille tout ce qu'il a mis en place pour mieux pointer en creux ce que n'a pas su faire l'administration Trump avec la Covid-19.

Durant tout ce récit, Michelle et leurs filles sont assez peu présentes, seconds-rôles d'une vie hors-normes. Il y a bien quelques paragraphes issus du "quotidien", d'autres citant des people du show-biz, mais l'auteur préfère énoncer tous les obstacles, toutes ses mauvaises passes, tous ses défis politiques. Cette succession d'enjeux et de décisions dans un monde hostile, où le bureau ovale est cerné par les adversaires (y compris Donal Trump sur les derniers chapitres) compose un livre à son image: positiviste et déterminé. S'il y a peu de remises en question, il consent à reconnaitre que l'exercice d'écriture est aussi complexe que l'exercice présidentiel. "Un Président n'a pas le choix, il doit être en permanence sur tous les fronts" rappelle celui qui aura mis quatre ans - le temps d'un mandat - à écrire ce récit volontairement non linéaire qui ne raconte que ses deux premières années à la Maison Blanche.







 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités