Languedoc-Roussillon

Vincent Monadé souhaite que le délai entre l'édition originale et le poche soit raccourci

Vincent Monadé lors de la journée Le livre et le territoire

Vincent Monadé souhaite que le délai entre l'édition originale et le poche soit raccourci

Lors de la journée Le livre et le territoire, organisée à Perpignan par Languedoc-Roussillon Livre et Lecture, le président du CNL a également plaidé pour que les livres numériques soient moins chers.

J’achète l’article 1.50 €

Par Christine Ferrand,
Créé le 17.06.2014 à 15h57,
Mis à jour le 17.06.2014 à 23h07

Malgré la grève de la SNCF, 180 professionnels, libraires, bibliothécaires, éditeurs, concepteurs de logiciels et prestataires divers, sur les 250 inscrits, se sont pressés, lundi 16 juin, aux rencontres organisées à Perpignan dans le cadre somptueux du Palais des rois de Majorque par Languedoc Roussillon Livre et lecture, en partenariat avec la Région, la Drac Languedoc Roussillon, le Conseil général de l'Aude et le Conseil général des Pyrénées Orientales, auquel Livres Hebdo participait.

Autour d'une réflexion globale sur l'impact du numérique sur le secteur du livre, tables-rondes et ateliers étaient organisés tout au long de la journée, en parallèle à un petit salon regroupant éditeurs et prestataires.

Table ronde Le livre numérique et territoire régional
Après avoir rappelé les efforts des pouvoirs publics pour "sécuriser" l'environnement numérique et créer les conditions nécessaires au "respect des différents métiers du livre dans un univers qui tend à établir un lien unique et direct avec le lecteur", le président du CNL, qui avait fait le déplacement, a pris position pour une baisse significative du prix du livre numérique.
"En France, les gens ne se sont pas emparés du livre numérique. Pourquoi ? Parce qu'il est trop cher, a asséné Vincent Monadé. Son prix est la plupart du temps plus élevé que celui du poche. Ce n'est pas possible. Le lecteur va vers ce qui est le moins cher." Il a ajouté qu'il pensait que le livre n'était pas à l'abri du bouleversement de la "chronologie des médias" que connaît le cinéma et que le délai de publicatiuon des livres au format de poche devait être raccourci. "Le poche sort un an après l'édition originale. Ça n'a pas de sens dans l'univers numérique. Il me paraît impératif de rapprocher la sortie du livre de poche de celle du livre d'origine et de faire tomber le prix du livre numérique au moins au prix du poche."

Des propositions accueillies très favorablement par  les libraires et les bibliothécaires présents.

En fin de matinée, des élus de la région Languedoc Roussillon ont signé en public la charte des manifestations littéraires qui pose les bases déontologiques de tout événement organisé dans le respect de la chaîne du livre.

Commentaires (4)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
A

Anatole beaujeu

il y a 7 ans à 08 h 17

Accepter ca c'est accepter la mort des libraires, si les gens ne doivent pas attendre Pr avoir une version peu chère, pk acheter en grand format ?


L

LSQR

il y a 7 ans à 13 h 01

"…en parallèle à un petit salon regroupant éditeurs et prestataires." Petit est un peu réducteur non ? Un salon comme celui-ci, un des premiers du genre, organisé comme il l'a été ne mérite pas l'adjectif de petit. Personnellement je ne vous y est d'ailleurs pas croisée. Une autre vision pour compléter : http://www.lasourisquiraconte.com/blog/journees-professionnelles-avec-les-bibliotheques


I

Isabelle

il y a 7 ans à 13 h 16

Tout à fait d'accord avec M. Monadé concernant le prix de vente des Ebooks qui devraient s'aligner sur le prix de vente du poche à parution de ce dernier... En revanche, réduire le temps de vie du grand format qui n'est déjà pas très long compromettrait, à mon avis, l'existence même de certains éditeurs "grands formats" !!! Et alors, comment trouver des titres pour alimenter les collections au format poche ? De plus, la version numérique d'un livre grand format est vendu moins chère que son équivalent papier...


n

THIERRY

il y a 7 ans à 00 h 43

Comment peut on tenir de tels propos et comment de telles propositions peuvent elles être "accueillies très favorablement par les libraires " !! pour " les bibliothécaires présents." je comprends ils sont payés par nos impôts..... mais les libraires veulent ils se paupériser encore un peu plus....Il faut rappeler que les livres brochés n'ont cessé de voir leur prix baissé en francs puis en euros constants depuis 20ans.... ce n'est malheureusement pas le cas des frais fixes des librairies. D'autre part le passage en poche n'est viable économiquement que pour des titres ayant un important potentiel de vente. Quid des premiers romans et des livres fragiles ? J'ajouterai que pour résister au numérique la seule issue est la sensualité du papier et la fabrication de "beaux objets" jaquettes, typographie doivent ajouter un plaisir esthétique à l'achat d'un livre. Il en est de même pour nos librairies où l'on doit se sentir bien, accueilli et conseillé... bref être aux antipodes des écrans froids et impersonnels.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités