Zehra Dogan : des heures de douleur | Livres Hebdo

Par Kerenn Elkaim, le 25.10.2019 (mis à jour le 25.10.2019 à 12h54) Avant-Portrait

Zehra Dogan : des heures de douleur

Zehra Dogan. - Photo REFIK TEKIN

La jeune artiste et journaliste kurde Zehra Dogan dévoile les lettres qu'elle a écrites dans les prisons turques où elle a passé trois ans jusqu'à sa libération en février.

Elle a grandi parmi les mûriers, plantés par ses parents agriculteurs, et sous les étoiles. Les deux lui ont tant manqué en prison. Bercée par les contes de sa mère, Zehra Dogan dit qu'ils l'« ont ouverte à l'imaginaire. » Ils ont aussi nourri son identité kurde, fil rouge de son inspiration. « Il ne s'agit nullement d'un attachement nationaliste, mais d'un lien avec un peuple opprimé qui a le dro

Lire la suite (3 820 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article
close

S’abonner à #La Lettre