Rapport racine

1700 auteurs tirent la sonnette d'alarme

Photo OLIVIER DION.

1700 auteurs tirent la sonnette d'alarme

Un an après le diagnostic sévère de la situation sociale des artistes-auteurs dressé par le rapport Racine, les créateurs continuent de maintenir la pression sur le gouvernement dans une lettre ouverte adressée à la ministre de la Culture.

J’achète l’article 1.50 €

Par Nicolas Turcev,
Créé le 03.03.2021 à 10h46,
Mis à jour le 03.03.2021 à 11h00

La colère ne fait que grandir. Une fois de plus, les artistes-auteurs ont pris la plume, le 2 mars, pour interpeller la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, sur la crise que traverse leur profession dans une tribune signée par plus de 1700 personnes parue dans Télérama. Un an après le rapport Racine sur l'acte de création, dont les 23 recommandations n'ont été suivies qu'à la marge par le gouvernement, les auteurs « n'oubl[ient] pas" et souhaitent mettre le pays "face à ses responsabilités".

Les signataires, dont les dessinateurs Lewis Trondheim et Catherine Meurisse ou encore l'écrivain Olivier Norek, se revendiquent comme "le premier maillon du secteur de la culture, qui emploie 670000 personnes et pèse pour 2,3 % du PIB français". "Nos œuvres sont le produit d’un travail conséquent, de compétences professionnelles et de savoir-faire. Or, ces métiers et savoir-faire sont aujourd’hui invisibilisés tant par les exploitants de nos œuvres que par l’État lui-même. En conséquence, des dizaines de milliers d’artistes-auteurs sont maintenus dans une précarité indigne d’une démocratie", rajoutent-ils.

Droits fondamentaux

Les créateurs s'estiment "privés de droits fondamentaux", comme celui d'accéder aux prestations sociales, à un dialogue social, à des minimums de rémunération ou à la simple reconnaissance de leur travail. Ils accusent l'Etat, qui dispose d'un "diagnostic clair" de leur situation "dramatique" depuis la remise du rapport Racine, d'avoir "enterré toutes les mesures qui auraient pu permettre de changer cette situation".

"L’État était mis au défi d’agir pour se saisir de son triple rôle de régulateur et garant des équilibres, de promoteur de l’excellence, de la diversité et de la prise de risque, tout en se montrant lui-même un acteur exemplaire. Il n’en a rien fait", cinglent les pétitionnaires. Les artistes-auteurs demandent aujourd'hui "les mêmes droits que les autres professionnels de la culture".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités