2013, année décisive pour les archives ouvertes

2013, année décisive pour les archives ouvertes

© V. Heurtematte

2013, année décisive pour les archives ouvertes

Les journées d'étude du consortium universitaire de publications numériques des 24 et 25 janvier ont permis de faire le point sur les initiatives et projets au niveau européen et français.

Par Véronique Heurtematte,
avec vh Créé le 15.04.2015 à 21h00

L'année 2013 devrait se révéler décisive dans le développement en France des archives ouvertes, thème des 5èmes journées d'étude du consortium Couperin, organisées à Paris les 24 et 25 janvier. Les communications et les débats, souvent très passionnés, auxquels ont participé quelque 450 professionnels de l'information scientifique ont permis de faire le point sur les initiatives ainsi que sur les projets menés en France et à l'étranger.

En France, les initiatives se sont multipliées au cours des 4 dernières années, comme l'a montré la récente enquête menée par l'ADBU (1) et présentée lors de ces rencontres. Il existe aujourd'hui 145 dépôts d'archives ouvertes opérationnelles ou en projet, 80 % des archives ouvertes gérées directement par les établissements disposant de 100 % des publications en texte intégral.

Ce nombre pourrait croître rapidement sous l'effet des initiatives prévues dans le programme de soutien aux archives ouvertes annoncé par la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche à l'issue de la première journée. En particulier, un nouveau protocole associant plus étroitement les chercheurs au processus et dont la signature est prévu au printemps, ambitionne de faire augmenter le nombre de dépôts dans HAL, plateforme pluridisciplinaire à l'échelle nationale qui contient déjà plus de 39 000 publications en texte intégral.

Plusieurs questions restent cependant à résoudre, comme l'ont illustré les échanges, souvent vifs, entre les participants. La redistribution des rôles entre les différents acteurs de la chaîne de l'information scientifique reste encore définir : chercheurs, institutions et éditeurs. Ces derniers ont été à plusieurs reprises pointés du doigt lors de ces journées, pour avoir augmenté de manière considérable les prix des abonnements aux revues scientifiques, « sans commune mesure avec le coût réel que représentent ces publications », ont souligné plusieurs intervenants.

________
(1) Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation.
15.04 2015

Les dernières
actualités