Amazon distingue les auteurs de sa plateforme KDP | Livres Hebdo

Par Hervé Hugueny, le 09.10.2019 à 21h17 (mis à jour le 09.10.2019 à 22h00) Autoédition

Amazon distingue les auteurs de sa plateforme KDP

Dans une mise en scène maintenant bien rôdée, le concours organisé par le site de vente en ligne en partenariat avec TV5 Monde met l’autoédition en valeur.

La quatrième édition des Plumes francophone, concours organisé par Amazon à l’attention des auteurs utilisant sa plateforme d’autoédition numérique Kindle Direct Publishing (KDP) a distingué trois lauréats, révélés lors d’une soirée organisée au Cercle Lebrun à Paris.
 
Sonia Dagotor a reçu la plume des lecteurs pour Zen Altitude, roman de rando-thérapie et feel good book, Karen Merran s’est vu attribuer la plume du jury pour Je ne veux pas partir, qui raconte à travers le regard d’un enfant l’histoire d’une famille juive au Maroc à la veille de la guerre des six jours, et la plume TV5 Monde a été décernée à Guy-Roger Duvert pour Outsphere, saga de science-fiction sur la colonisation d’une planète par des Terriens survivants des destructions provoquées sur la leur.
 
Les trois bénéficient de la promotion de leur livre sur Amazon, adapté en version audio sur Audible, autre plateforme du groupe, et reçoivent une liseuse Kindle. La lauréate du prix du jury reçoit aussi 3000 euros, le roman de la lauréate de la plume des lecteurs est traduit sur Amazon Crossing, et celui du prix TV5 est promu sur la chaîne internationale, partenaire de l’opération.
 
Au nom de la francophonie, ce concours est chaleureusement soutenu par Jean-Baptiste Lemoine, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, apparemment non averti des différends fiscaux et réglementaires que le gouvernement dont il fait partie entretient avec le groupe américain.
 
Deux plumes au Cherche Midi et chez Michel Lafon

Le concours a attiré cette année quelque 1300 auteurs qui ont déposé un texte pendant l’été sur KDP. Il veut légitimer l’autoédition, à travers les avis des lecteurs, et ceux de deux jurys composés notamment d’anciens lauréats, de membres de la direction d’Amazon et de KDP, et de TV5 Monde. La marraine du jury 2019 était Aurélie Valognes, elle-même révélée par KDP en 2014, et depuis publiée chez Michel Lafon et Mazarine (Fayard). Auparavant, Amazon devait faire appel à des parrains recrutés chez les auteurs toujours publiés dans l’édition traditionnelle.
 
Encore confinée dans l’entre-soi des utilisateurs de la plateforme, cette remise de prix est aussi l’occasion d’entretenir leur enthousiasme avec l’exemple de succès sincèrement partagés par la communauté des auteurs. Sonia Dagator, qui en est à son septième roman, publiera ainsi en avril 2020 un inédit au Cherche Midi, qui reprendra aussi un de ses textes précédents.
 
« Je n’avais jamais entendu parler de KDP jusqu’en 2013. Le succès est arrivé à partir de mon quatrième livre et l’ensemble de mes romans atteint environ 150000 ventes numériques » se félicite cette responsable du marketing d’un centre commercial de la région parisienne, qui attendait la caution du passage chez un véritable éditeur, et qui envisage aujourd’hui de vivre de sa plume.
 
Guy-Roger Duvert, qui en est à son deuxième roman sur KDP, a été contacté par un producteur qui a pris une option sur Outsphere pour en réaliser une série. Karen Merran, qui s’était aussi lancée sur KDP en 2014, est maintenant publiée chez Michel Lafon.

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre