Après le départ de Man Group, le Booker Prize trouve un nouveau sponsor | Livres Hebdo

Par Alexiane Guchereau, avec AFP, The Guardian, le 28.02.2019 à 14h10 (mis à jour le 28.02.2019 à 15h00) Royaume-Uni

Après le départ de Man Group, le Booker Prize trouve un nouveau sponsor

La prestigieuse récompense britannique a annoncé jeudi avoir trouvé un nouveau sponsor après 18 ans de parrainage avec Man Group.

Un mois après la fin de la collaboration entre le Booker Prize et Man Group, la récompense britannique a annoncé jeudi 28 février qu’elle serait à présent financée par Crankstart. Cette fondation, dirigée par la romancière Harriet Heyman et l’auteur et investisseur gallois Michael Moritz, s’est en effet proposée pour succéder à Man Group, sponsor historique du prix littéraire pendant 18 ans.

Crankstart s’est donc engagée auprès du Booker Prize pour les cinq prochaines années, avec la possibilité de prolonger cette collaboration de cinq années supplémentaires. Fort de ce nouveau partenariat, le Booker Prize devrait toutefois garder son nom à partir du 1er juin prochain puisque Crankstart ne souhaitait pas renommer le prix littéraire, a annoncé la présidente du conseil d’administration, Helena Kennedy. "Michael et Harriet ont expliqué très clairement que renommer leurs partenaires à leur nom n’était pas dans leur intérêt. L’une des choses que nous avons appréciées avec eux, c’est que nous redevenons le Booker Prize". Le prix littéraire avait été rebaptisé « Man Booker Prize » sous l’égide de Man Group.
 
Michael Moritz  et Harriet Heyman « de vrais amoureux du livre »
 
Helena Kennedy est revenue sur les conditions de recrutement du nouveau sponsor du prix littéraire. Elle a précisé qu’il n’avait pas été difficile de trouver des candidats mais plutôt de trouver "la parfaite alliance avec des gens intéressés pour les bonnes raisons." La rencontre avec le couple dirigeant de Crankstart a donc été idéale en ce point. Elle a en effet décrit Harriet Heyman et Michael Moritz comme de véritables  "amoureux du livre", ajoutant que  "de nombreux sponsors commerciaux veulent pouvoir utiliser le partenariat à leurs fins en amenant par exemple des invités dans des dîners. Cela ne les intéresse pas. Leur seul intérêt est d’entretenir la bonne littérature".
 
Michael Moritz a par ailleurs réagi à ce partenariat. Le codirigeant de la fondation Crankstart s’est trouvé dans un premier temps des points communs avec la récompense britannique. Se décrivant actuellement comme  "un voyageur international", il a cependant rappelé qu’à l’instar du prix,  "il était né en Grande-Bretagne" et qu’avant de s’installer en Amérique il a été  "nourri à la littérature anglaise". "Harriet et moi nous sentons chanceux de soutenir des prix qui célèbrent la meilleure fiction du monde", a-t-il déclaré.
 
Le couple, grand amateur de littérature, n’a pas oublié de vanter les mérites du Booker Prize. "Aucun de nous ne peut imaginer un jour où nous ne passons pas de temps à lire un livre. Les Booker Prize sont un moyen de diffuser des idées, des découvertes et des joies qui naissent d’une grande fiction", s’est-t-il réjoui après l’annonce de leur prochaine collaboration.

Le Booker Prize 2019 sera décerné en octobre prochain. Il avait été décerné en 2018 à Anna Burns.
close

S’abonner à #La Lettre