entretien

Argyll, l'éditeur du "monde d'après"

Xavier Dollo et Simon Pinel, fondateurs d'Argyll - Photo XAVIER DOLLO/SIMON PINEL

Argyll, l'éditeur du "monde d'après"

Lancée au mois de novembre, cette maison rennaise dédiée aux littératures de genre souhaite porter un projet d'économie sociale et solidaire novateur autour du livre. Entretien avec ses fondateurs, Simon Pinel et Xavier Dollo.

J’achète l’article 1.50 €

Par Nicolas Turcev,
Créé le 04.12.2020 à 19h37,
Mis à jour le 04.12.2020 à 20h53

Comment faire les choses autrement ? Cette question, dans toutes les bouches depuis le premier confinement, tarde à trouver des réponses concrètes dans la société. Anciens libraires et éditeurs chez Critic, Simon Pinel et Xavier Dollo "en avaient marre d'attendre le monde d'après" qu'on leur faisait miroiter.

Début novembre, ils ont fondé la maison d'édition Argyll, à Rennes, première pierre d'un projet inscrit dans l'économie sociale et solidaire. Droits d'auteur à 12% minimum, contrat collaboratif, souci de l'empreinte écologique, structure coopérative... Sans chercher à révolutionner l'édition, les deux fondateurs ont décidé "d'agir".

Argyll, qu'est-ce que c'est ?

Simon Pinel : Argyll est une structure qui contiendra trois pôles : la maison d'édition du même nom, dont les premiers titres sortiront en mars, une librairie coopérative, qui devrait ouvrir à la rentrée 2021, ainsi qu'un incubateur. Ce dernier pôle, toujours en friche, aura pour but d'aider à faire émerger des projets liés au monde du livre et plus globalement de permettre une meilleure diffusion du livre, dans les écoles ou d'autres lieux. Pour l'instant, l'entreprise est une SAS, mais elle a vocation à devenir une coopérative. Soit sous la forme d'une Scop (société coopérative et participative), pour faire en sorte que les salariés soient au cœur du projet, soit sous la forme d'une Scic (société coopérative d'intérêt collectif), qui nous permettrait d'intégrer les auteurs comme sociétaires de l'entreprise.

Comment est né ce projet ?

Xavier Dollo : La réflexion est née pendant le confinement. J'ai été libraire pendant 15 ans et j'ai aussi eu ma maison d'édition, Adastra, pendant presque 10 ans. Simon a dirigé les éditions Critic pendant 10 ans. Nous avions envie de quelque chose de nouveau après avoir fait le tour de la question sur notre circuit habituel, celui de l'édition et de la librairie traditionnelles.

Simon Pinel : Nous en avions marre d'éviter certaines questions comme celle de la rémunération des auteurs, touchés par une précarité grandissante, ou bien celles de la surproduction et du péril écologique. Il est impossible de fermer les yeux indéfiniment. Avec le confinement, on a beaucoup parlé du "monde d'après" et nous en avions marre de l'attendre. Nous voulions agir pour le faire advenir.

Comment ce projet s'inscrit-il dans l'économie sociale et solidaire ?

Simon Pinel : Nous avons intégré un incubateur de projets d'économie sociale et solidaire, TAG35,  situé en Ille-et-Vilaine, qui accompagne les entreprises qui se lancent. Nous assistons à des formations toutes les semaines, pendant six mois. Cela nous permet de côtoyer d'autres projets, par exemple d'accompagnement de migrants, et de sortir du seul milieu du livre. C'est ce qui nous intéresse dans cette économie : pouvoir compter sur l'interrelation entre des acteurs bien différents mais motivés par une même démarche.

Vous proposez un contrat d'édition revisité de fond en comble...

Xavier Dollo : Je suis également auteur, et je trouve difficile de comprendre le statut que je peux avoir en tant que tel dans la société. Personne ne met en valeur le statut de l'auteur. Une partie du problème réside dans le contrat, coercitif et toujours à l'avantage de l'éditeur. L'auteur n'a pas de moyen de participer, de collaborer réellement, avec l'éditeur. Notre contrat sera donc participatif. Nous voulons inverser les polarités pour que l'auteur retrouve sa place dans le système éditorial.

Simon Pinel : Il sera accessible gratuitement en janvier et porte sur une durée de 8 ans. Nous avons fixé plusieurs principes : 12% de droits d'auteur minimum sur chaque ouvrage, avec une montée à 14% à partir de 5000 exemplaires vendus. Sur les ventes numériques, l'auteur touchera 25% du montant en cas de vente indirecte, et 50% en vente directe. Nous ne verserons pas d'à-valoir mais un forfait pour le rendu du texte à l'éditeur. De sorte que l'auteur touchera ses droits d'auteur dès le premier exemplaire vendu.
Toutes les cessions de droits littéraires liées à l'ouvrage (poche, traduction, etc) seront optionnelles. Tous les autres droits (cinéma, série, etc) feront l'objet d'un avenant. Le contrat prévoit également de transmettre à l'auteur la liste des services de presse envoyés et l'éditeur a une obligation de communiquer le nombre d'exemplaires distribués. Nous souhaitons que ce document reflète une relation de confiance, et que l'auteur ne soit pas bloqué par l'éditeur s'il souhaite développer ses projets de son côté. Il offre une possibilité de liberté, mais aussi de coopération avec la maison.

Quels types d'ouvrages allez-vous publier ?

Xavier Dollo : Des romans mais aussi des essais, français comme étrangers. Un mélange d'ancien et de moderne, avec une dominante en littérature de genre : imaginaire, roman historique, polar. Nous voulons cependant que ces œuvres résonnent avec notre monde actuel. Ce sera le cœur de notre ligne : nos livres auront un tramage social et sociétal, pour provoquer la réflexion. Parce qu'avec le monde d'hier et d'aujourd'hui, nous souhaitons penser au monde de demain.

Simon Pinel : Nous vivons une période de basculement politique, une période assez étrange, d'attente, pendant laquelle tout le monde retient son souffle en espérant des lendemains meilleurs. Et je crois que la littérature, comme toutes les autres formes d'art, a des réponses à apporter, des questions à poser. Par exemple, un de nos titres de lancement, le thriller Trackés, de Christophe Nicolas, abordera frontalement la question des violences policières, de la surveillance de masse et du monopole des GAFAM, autant de sujets brulants d'actualité.

Combien de textes comptez-vous publier chaque année ?

Simon Pinel : Nous publierons six textes la première année, et au grand maximum nous monterons jusqu'à huit. Le but est d'éviter la surproduction pour mieux défendre chaque livre. Nous avons été libraires, nous savons que les flux [de parution] sont complètement dingues. Même si la surproduction n'existe pas que dans le livre, mais bien partout.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités