Avant portrait: Jean-Yves Martinez, El desdichado | Livres Hebdo

Par Jean-Claude Perrier, le 14.12.2018 (mis à jour le 25.12.2018 à 09h43) Rentrée hiver 2019

Avant portrait: Jean-Yves Martinez, El desdichado

Jean-Yves Martinez. - Photo OLIVIER DION

Jean-Yves Martinez a mis longtemps à se remettre de ses folles années cubaines, et dix ans pour publier son troisième roman.

Lorsqu'un étranger a tendance à adopter leurs us et coutumes, à vivre comme eux pour le meilleur et pour le pire, les Cubains désignent cela d'un joli mot : aplatanarse, «  se bananiser ». C'est exactement ce qu'a vécu Jean-Yves Martinez, à La Havane, de 1986 à 2001.

D'abord, à 25 ans, en tant que volontaire du service national actif, co-opérant à l'ambassade de France à Cuba. « Grâce à mon père,

Lire la suite (3 450 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article

Livre cité (1)

Auteur cité (1)

close

S’abonner à #La Lettre