Lauréat

Beyrouk reçoit le Prix du roman métis des lycéens 2016

Beyrouk - Photo COPIE D'ÉCRAN/2STVSENEGAL

Beyrouk reçoit le Prix du roman métis des lycéens 2016

Mbarek Ould Beyrouk, dit Beyrouk, a été primé par plus de 300 lycéens réunionnais et malgaches pour son roman Le tambour des larmes (Elyzad).

Par Marine Durand,
Créé le 16.12.2016 à 16h25,
Mis à jour le 16.12.2016 à 17h00

Le Prix du roman métis des lycéens a été attribué, jeudi 15 décembre, au journaliste et écrivain mauritanien Mbarek Ould Beyrouk, dit Beyrouk, pour son roman Le tambour des larmes, paru en novembre 2015 aux éditions Elyzad. Il a été choisi, pour cette sixième édition du prix, par 303 élèves de 10 lycées réunionnais, et 30 élèves de 4 lycées malgaches, qui se sont déclarés "touchés par la thématique de la condition féminine et des inégalités de genre" abordées dans le roman, selon le communiqué transmis à la presse.

Dans Le tambour des larmes, qui a reçu le Prix Ahmadou Kourouma lors du dernier Salon du livre et de la presse de Genève, Beyrouk relate le périple de la belle Rayhana, une jeune femme issue de la tribu des Oulad Mahmoud dans le Sahara mauritanien, contrainte par sa famille d'abandonner son enfant et préférant la fuite au mariage forcé. L'auteur viendra rencontrer les lycéens réunionnais et malgaches en avril 2017.

Créé en 2011, le Prix du roman métis des lycéens mobilise depuis cinq ans des jeunes et des équipes pédagogiques de l’île de la Réunion autour d’une littérature contemporaine, ouverte sur le monde et porteuse de valeurs d’humanisme, de métissage et de diversité. Depuis 2015, des lycéens malgaches ont rejoint le jury lycéen, à l’initiative de l’Institut français de Madagascar.

Le Grand prix du roman métis pour Douna Loup

Le 7e Grand prix du roman métis a de son côté été remis plus tôt, le 17 novembre, à Douna Loup pour L'oragé, paru en août 2015 au Mercure de France. Elle succède à l'auteur sénégalais Mohamed Mbougar Sarr avec ce roman mettant en scène deux figures majeures de la littérature malgache, Jean-Joseph Rabearivelo et Esther Razanadrasoa, dite Anja-Z.

Créé en 2010 et porté par l’association La Réunion des livres, le Grand prix du roman métis récompense chaque année un roman francophone paru depuis moins d’un an et véhiculant des valeurs d’humanisme, de diversité et de métissage.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités